LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Visite annoncée de Macron au Bénin : Talon, une diplomatie discrète et efficace

0

Encourager le processus de démocratisation et les réformes économiques entreprises par le gouvernement du Nouveau départ, c’est probablement la raison qui sous-tend l’arrivée du président Emmanuel Macron au Bénin le 27 juillet prochain. Cette descente est inexorablement voire irrémédiablement un signe de récolte de triomphe pour Patrice Talon, accusé par ces certains autoproclamés « citoyens patriotes » de savoir-faire mensonger, centré sur le plaisir et étranger à la vérité. Elle sera sans nul doute un trophée de guerre pour confondre les organisateurs de la foire à polémique de 2017 qui, ont tôt fait de qualifier le premier rendez-vous manqué de Fiasco, de caprice et de mépris du président français.

Macron au somptueux palais de la Marina ! Les anti-rupture découvriront du bien, du beau et du juste, mais proclameront toujours l’apocalypse d’une relation Franco-béninoise, pourtant toujours flamboyante, clinquante, renforcée et qui se bonifie comme du vin à travers les âges. Macron au Bénin, c’est l’image pittoresque que l’opposition radicale et évanescente ne voudra voir. Adepte inconditionnelle du dévoiement de la parole pour coter sa surenchère de dénonciation, elle verra toute honte bue, que le gouvernail « Nouveau départ » est gonflé à bloc de la magie de surprendre. Surtout quelques jours après que le président Patrice Talon dans une philosophie réaliste d’Héraclite a eu l’opiniâtreté inhabituelle aux chefs d’Etat africains de commenter la politique intérieure française en ces termes : « Cher Monsieur Macron, Les résultats des élections législatives, quoique mitigés pour vous et pour « Ensemble », demeurent un moindre mal. Bien au contraire, ils marquent ce tournant parfois nécessaire aux grandes Nations qui ont besoin de se réinventer dans les moments difficiles. Le monde va mal et la France n’est pas épargnée; la routine et la sérénité ne sont peut-être pas les meilleurs atouts pour la France en ces circonstances-ci. La France a besoin de se réinventer politiquement pour préserver sa grandeur et ses acquis, voire satisfaire ses attentes. C’est une nouvelle dynamique et un nouveau génie qui vous interpellent personnellement cher président Macron. Je n’ai pas de doute que vous disposez des moyens pour y parvenir, notamment le doigté et la clairvoyance nécessaires. C’est la marque des grands hommes. »  Ce message qui apparait forcément évident à qui en est témoin, est paradoxalement mal vu par les anti-Talon. Dans une grammaire vulgaire, ils s’interrogent sur ce qu’il a à enseigner aux autres ? A ce message étiqueté de provocateur pour d’aucuns, mais d’une pertinence légendaire pour d’autres, le président  Emmanuel Macron ne répond ni se retrouve pas froisser dans son propre amour. Au contraire, quelques semaines après ce précieux conseil rationnel, il foulera le seul béninois en visite officielle à la gracieuse invitaton de son homologue Patrice Talon.

Une lune de miel

Cet acte d’une éloquence diplomatique ineffable rendra morose les argumentaires fébriles des opposants et donnera du vent en poupe à la démocratie béninoise, sans cesse louangée par le président Français. Pour soigner les certitudes, il faut s’infliger un bref retour historique sur le lien Talon-Macron. En effet, la première rencontre entre les deux hommes à l’Elysée à leur première élection remonte au  lundi 5 mars 2018. Cette rencontre à la veille de laquelle, avec une habilité déserte de virtuosité, l’opposition s’est érigée en pourfendeur, a été brillamment productive en encensement et en matérialité. Le discours du président de La Gaule en constitue la pièce à conviction irréfragable. « Je suis très heureux d’avoir accueilli ici aujourd’hui le président Patrice Talon et je veux lui dire combien j’étais heureux de cet échange et combien il est le bienvenu en France à chaque fois, et combien je souhaite que nous puissions activement travailler ensemble », a-t-il manifesté. Le Bénin, dit-il, est un pays stable, démocratique et ami de la France ; notre relation est dense et ancienne, et je veux ici dire très clairement que la France, son président de la République, soutient fortement le programme de réformes courageuses mis en œuvre par le président Talon dans son pays. « Vous menez avec votre gouvernement une politique ambitieuse pour relancer la croissance économique du Bénin, et nous sommes clairement engagés à vos côtés. Nous avons évoqué les différents domaines de notre coopération, nous avons évoqué plusieurs sujets régionaux comme internationaux, et évidemment toutes les pistes pour intensifier notre partenariat. Je voudrais revenir sur, à mes yeux, cinq priorités de ce partenariat. » « La première en matière de santé, c’est le futur centre hospitalier universitaire d’Abomey-Calavi pour dire ici très clairement que nous confirmons la garantie de la Banque publique d’investissement avec une assurance-crédit de 175 millions d’euros pour ce projet. La deuxième priorité, c’est la lutte contre le dérèglement climatique, et la politique de ville durable indispensable dans toute la région et tout particulièrement dans votre pays. A ce titre, un programme ambitieux sur la ville durable qui accompagnera Cotonou et trois autres villes du Bénin à s’adapter aux changements climatiques sera signé également tout à l’heure avec l’Agence française de développement pour un montant de 58 millions d’euros. La troisième priorité, et vous y tenez beaucoup, à juste titre, c’est le tourisme… La quatrième priorité, c’est justement la formation et l’éducation. Dans ce domaine, c’est l’une des batailles que vous avez souhaité conduire, cela fait partie de vos priorités sur le plan domestique. La France souhaite accompagner cette ambition. La Cité de l’innovation et du savoir de Sèmè-City est à cet égard emblématique… Enfin, la cinquième priorité que je vois à notre partenariat, c’est l’offre culturelle et je voudrais plus particulièrement insister sur ce point », a exposé Macron lors de la dernière visite de Patrice Talon à l’Elysée. Les retombées de ce voyage, beaucoup de Béninois le savent et en bénéficient. Le reste est en téléchargement et la visite prochaine doublera forcément la mise. La France a un discernement et distingue le bon grain de l’ivraie.

Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum