LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Tribunal de Cotonou : Une affaire datant de 32 ans renvoyée au 9 août prochain

0

La session criminelle a ouvert  au Tribunal de Cotonou l’affaire d’une femme poursuivie pour « coups mortels » sur son mari en 1990 le vendredi 15 juillet 2022.  Le ministère public, représenté par Adam Bonglé a requis une peine de 8 ans de prison contre l’accusée. Au cours de l’audience, la mise en cause  s’est évanouie et a été transportée à l’hôpital. Après une suspension, l’audience a repris sans l’accusée. A la reprise, la présidente, Ghislaine Batcho Zodéougan a suggéré un renvoi du dossier. Le ministère public et l’avocat de la défense ont consenti à ce renvoi. Ainsi, l’audience a été renvoyée au 9 août 2022. Les faits se sont  produits le 26 novembre 1990 à Allada. Revendeuse de produits divers, l’accusée est rentrée le soir du 26 novembre et a remarqué que ses enfants ont été servis dans un récipient destiné à recueillir les urines. Énervée, elle a demandé des comptes à sa belle-fille  (une fille de sa coépouse). Une dispute avait  éclaté entre la fille âgée de 19 ans au moment des faits et la revendeuse et avait dégénéré. La prévenue  avait saisi un bâton qu’elle a lancé en direction de la fille. Malheureusement, c’est son mari, venu les séparer, qui a reçu le coup. Il a été blessé à la tête. Transporté d’urgence à l’hôpital d’Allada, puis au Centre national hospitalier universitaire Hubert Koutoukou Maga (Cnhu-hkm) de Cotonou, il a rendu l’âme. Au moment des faits, la prévenue avait 25 ans. Selon son avocat, maître Abdon Déguénon, elle a été arrêtée en 1991. L’accusée a, ensuite, bénéficié d’une liberté provisoire en 1994.

Patrice Zoundé (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite