LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Robert Gbian, Pvp Assemblée nationale : « Le Bénin ne permettra jamais aux terroristes de pénétrer sur son territoire »

0 10

Reçu jeudi 30 décembre 2021 sur l’émission “Diagonale” d’une chaîne en ligne de la place, le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Robert Gbian, a décrypté le signal fort lancé par le chef de l’Etat devant la représentation nationale au palais des gouverneurs à Porto-Novo, lors de son message sur l’état de la Nation, mercredi 29 décembre 2021, pour contrer le terrorisme.

Pour le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Robert Gbian, sur la forme, il s’agit d’un message court d’environ 18 minutes. Sur le fond, il présente de façon claire et nette, l’état actuel du pays, caractérisé par le problème sécuritaire avec l’incursion des terroristes au nord Bénin. « C’est le lieu de rendre hommage aux Forces de défense et de sécurité pour le travail qu’elles abattent au niveau des frontières pour repousser les velléités des assaillants. Comme l’a dit le président de la République, déclare le Pvp, le gouvernement ne lésinera pas sur les moyens pour renforcer les capacités de ces Forces de défense et de sécurité afin d’assurer la quiétude aux populations et garantir l’intégrité du territoire national. Quant au défi sanitaire lié à la pandémie du Covid-19, il est indéniable, selon Robert Gbian, membre du parti Bloc républicain, que la seule arme dont dispose aujourd’hui le Bénin, reste la vaccination. Il a été prouvé par les spécialistes des questions de santé que les cas graves de Covid-19 et les décès qui sont enregistrés sont des personnes qui ont refusé de se faire vacciner. Nous devons continuer de rassurer nos compatriotes sur la nécessité d’aller se faire vacciner », a t-il exhorté. Poursuivant dans le même, le Premier vice-président de l’Assemblée nationale, Robert Gbian, a rappelé que le président de la République, Patrice Talon, n’est pas un démagogue et qu’il ne dit plutôt que ce qu’il est sûr de réaliser pour le peuple. « Dans son message sur l’état de la Nation, il n’a fait que rassurer le peuple béninois sur sa capacité à vaincre toutes formes d’obstacles susceptibles d’entraver son épanouissement. Le chef de l’Etat y croit et nous invite à y croire. Lorsqu’il dit que le temps qui reste dans le second quinquennat est largement suffisant pour multiplier par deux voire trois ce qui est réalisé depuis 2016 jusqu’à présent, cela nous réjouit profondément. Tout Béninois devrait être fier d’appartenir à ce pays car notre ennemi commun, c’est le sous-développement », a martelé le Premier vice-président du Parlement. « Quand on prend une Nation comme le Bénin qui aspire au développement intégral dans tous les domaines, il y a toujours des défis à relever », a rajouté Robert Gbian. « L’avantage avec le président Patrice Talon et son gouvernement est que nous savons où nous allons. Toute est mis dans un programme avec des échéances et ce qu’il faut pour atteindre les objectifs. On parle de plus 12.000 milliards de FCfa pour le Pag 2 dont plus de 3000 milliards de FCfa pour le social. C’est salutaire. L’urgent qui n’entrave aucunement le déroulement des actions du gouvernement, c’est les défis sécuritaire et sanitaire comme l’a si bien présenté le président Patrice Talon », a-t-il expliqué. Insistant sur la question de la menace terroriste, l’invité a laissé entendre qu’elle a toujours existé pour le Bénin étant donné que des pays voisins subissent presque chaque semaine des attaques terroristes. Il a surtout tenu à féliciter le gouvernement du président Patrice Talon à travers les Forces de défense et de sécurité pour les dispositions préventives prises. « Le Bénin ne permettra jamais aux terroristes de pénétrer sur son territoire. Et face à cette situation, la responsabilité de tout un chacun de nous est engagée. Déjà, dans les villages et quartiers de villes, il faut signaler la présence des personnes étrangères suspectes aux autorités locales qui se chargeront d’alerter les responsables en charge de la sécurité des biens et des personnes. C’est une question de vigilance…», a souhaité le député.

Martial Agoli-Agbo (Br Ouémé-Plateau)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite