LE MATINAL
Actualités Société

Réformes dans les universités publiques : Fonctions et mode de désignation des nouveaux recteurs

Le 1er octobre 2021 au plus tard,  une nouvelle équipe  rectorale prendra la conduite  des quatre actuelles universités du Bénin. Cela sera visiblement l’acte  3 de la réforme universitaire, après la nomination des membres du Conseil  d’administration et  la mise en  place prochaine de l’Organe  national de contrôle et d’éthique de l’enseignement supérieur.  Tout ceci entre dans la vision du chef de l’Etat de faire  des  hauts lieux du savoir un label régional.

En vacances  depuis  ce 03 août 2021, les portes des universités  publiques béninoises rouvriront début  septembre  2021, avec un sceau de métamorphose     mis en place par le chantre de la Rupture.  En effet, les  inquiétudes de l’intersyndicale  n’émoussent guère la témérité du  Président Patrice Talon, déterminé à éviter au Bénin, le malheureux vocable  de « quartier crétin »  à la place de quartier latin. En cercle restreint, certains enseignants qui,  pourtant,  ont participé  au séminaire sur  l’Enseignement supérieur, manifestent malheureusement  en sourdine un désarroi  par rapport  à la protection de l’intérêt personnel. A les suivre, dans un raisonnement  réfractaire aux innovations,   ils pointent  un regard inquisitoire. Selon les conservateurs  dissimulés, ce sont les collègues   qui brillent  excellemment  par leurs absences permanentes ou rémanentes aux réunions syndicales, qui se laissent berner par le pouvoir.  Il faut dire que ces allégations ne sont qu’un parapluie ou une échappatoire. Ils étaient sans voix aux séminaires fassent à la proposition de la commission.  Au contraire, ils ont applaudi  et fait des contributions. Peut-être, c’est la  présence du chef de l’Etat dans la salle qui a motivé leur  réticence   de critiques de diversion. D’ailleurs, le relevé du conseil des ministres du 14 juillet 2021 en son deuxième et troisième paragraphe, lève l’équivoque. « En vue d’apprécier les recommandations issues des travaux de ladite commission, un séminaire national a été organisé avec la participation des acteurs du sous-secteur. Ceux-ci ont, de façon générale, marqué leur adhésion aux points de réforme suggérés qui portent notamment sur les statuts-type des universités publiques ; le mode de recrutement dans lesdites universités ; l’organisation des promotions dans les grades de l’enseignement supérieur ; la gouvernance des universités ; le profil des enseignants et la qualité des enseignements ; la recherche et l’innovation et l’instauration d’un organe national de contrôle et d’éthique », lit-on. Somme toute, l’on retient que  le Bénin   ne fera pas le transit  d’un quartier latin à  un quartier crétin.. La réforme est actée.  Tant pis, aux soi-disant seigneurs de l’enseignement supérieur qui sont en infériorité. Ils prendront le train  en marche certainement. Leur bonne foi  au nom  du fétiche principe  de la franchise universitaire  n’est pas à mépriser. Mais pour l’heure, l’on sait  que  les universités ont déjà un Conseil d’Administration  effectif depuis le Conseil des ministres du  28 juillet 2021. L’Organe d’Organe National de Contrôle et d’Ethique  en plein téléchargement  sortira en fin de vacances gouvernementale donc à la rentrée. Quant aux nouveaux recteurs, ils seront connus sans faille et sauf changement de dernière minute, avant le 1er octobre. Tous ces maillons de la chaîne seront huilés par   un Fonds pour le financement de l’enseignement supérieur.

LIRE ASSI :  Recrutement au ministère des sports : Les postes recherchés pour l’Unité de production du contenu sportif

Election des recteurs  et  doyens : les  conflits désormais révolus

L’université est un temple du savoir, un sanctuaire. Ce n’est pas un  milieu de rivalité de poste administratif mais celui de   challenge intellectuel à vocation première de faire  flotter le drapeau du pays dans le ciel scientifique et technique. L’expérience de l’élection a toujours laissé des séquelles. Elle n’a jamais été favorable à une université  de développement de référence. Mais  les conservateurs vous diront le contraire. « Aujourd’hui, ce que le gouvernement qui est propriétaire des universités publiques propose, est que tous ceux qui veulent diriger l’Université ou une faculté puissent candidater, passer par toutes les étapes, parmi lesquelles, il y a, entre autres, l’appel à candidature, le dépôt de dossier, l’étude des dossiers, l’interview…tout ceci suivant des critères bien définis et une procédure rigoureuse claire et éprouvée » a exposé dans les médias  le professeur Dodji Amouzouvi, membre de la commission spéciale chargée de faire des propositions pour la modernisation des universités publiques au Bénin.  « Avec le nouveau mode, c’est chacun qui prépare son dossier, qui rédige sa vision et ses stratégies pour le développement de l’Université en tant que recteur, en tant que vice-recteur et qui les défend devant des instances et des organes commis à cet effet-là. Les trois meilleurs méritants seront proposés au gouvernement » a-t-il  laissé entendre. Il faut dire, que c’est un travail   qui se  fera  par  le ministère de l’enseignement supérieur, le gouvernement et le Conseil national de l’éducation (Cne). 

LIRE ASSI :  Restitution des biens culturels au Bénin au Sénégal : Le projet de loi voté par l'Assemblée nationale française

Mandat renouvelable pour le recteur et unique pour le vice-recteur

 De la réforme, il ressort que le  recteur est désormais nommé par décret pris en Conseil des ministres  pour un mandat de 3 ans, renouvelable une seule fois  sur proposition du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique après les différentes phases de  sélection. Membre du corps des personnels de l’enseignement supérieur avec un  grade de professeur titulaire du Cames ou un titre équivalent dans le système national ou étranger,  le recteur  peut être  de nationalité  béninoise avec résidence au Bénin ou à l’Extérieur ou  un  étranger, ayant une solide expérience managériale et porteur d’une vision de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Les vice-recteurs,  quant à eux, sont nommés aussi dans les mêmes conditions avec une durée de mandat identique.

Un Organe national de contrôle et d’éthique pour la discipline des enseignants du supérieur

En vertu des dispositions de l’article 81 et suivants  du projet de décrets portant statuts particuliers  des corps  des personnels   enseignants   des universités publiques du Bénin, les enseignants des universités publiques sont passibles de sanctions disciplinaires prévues  à l’article 69 et suivants de  la loi n°2015-18 du 1er septembre 2017 portant statut général de la fonction publique tel que modifié par la loi n°2018-35 du 05 octobre 2018, sans préjudice de poursuites judiciaires. Indépendamment des dispositions de l’article 69 et suivant de la loi n°2015-18 du 1er septembre 2017 portant statut général de la Fonction Publique tel que modifiée par la loi n°2018-35 du 05 octobre 2018, les enseignants des universités publiques du Bénin, sont également passibles de sanctions attachées à leur qualité d’enseignant du supérieur. L’appréciation des sanctions prévues relève de l’Organe National de contrôle et d’Ethique dans l’enseignement supérieur(ONCES). En effet, l’organe dispose d’un pouvoir d’investigation de recommandation et propose à l’autorité des sanctions. Il est placé sous la tutelle du ministre chargé de l’Enseignement Supérieur et sous la supervision opérationnelle du Conseil National de l’Education. Un décret pris en conseil des ministres  fixera  sa composition  et  précisera la nature des fautes et les sanctions applicables. 

LIRE ASSI :  Fruit de la coopération bénino-japonaise : Le marché de Hinvi mis en service

Bienvenue Agbassagan

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Patrice Talon entend donner une nouvelle impulsion à l’école béninoise

LA REDACTION

Tournée présidentielle : Le maire Zakaria Boukari salue les réalisations du gouvernement à Tanguiéta

LA REDACTION

Match Sierra Leone # Bénin comptant pour les éliminatoires de la Can Cameroun 2021 : Grosse désillusion !

LA REDACTION

Leave a Comment

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter EN savoir plus

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils