LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Réduction d’engrais chimiques et augmentation des rendements agricoles : Les solutions du Pr Lamine Baba-Moussa

0


(Les biostimulants pour produire 03 tonnes à l’hectare)
Bonne nouvelle pour les acteurs agricoles et les décideurs. Il est désormais possible au Bénin de booster les rendements agricoles (atteindre par 3 tonnes à l’hectare) en utilisant des biostimulants. La preuve a été apportée par les doctorants et docteurs du Laboratoire de biologie et de typage moléculaire en microbiologie dans l’Amphithéâtre Idriss Deby de l’Université d’Abomey-Calavi. C’était vendredi 26 novembre 2021au cours de l’organisation du « Vendredi de l’Académie » sur un thème d’actualité.
« Validation des biostimulants du sol pour une agriculture durable au Bénin », c’est la thématique scientifique qui a regroupé la Communauté scientifique vendredi dernier à l’Université d’Abomey-Calavi. C’était à l’occasion du « Vendredi de l’Academie » organisé par l’Académie nationale des sciences, arts et lettres du Bénin (Ansalb) de la Présidence de la République en collaboration avec le Laboratoire de biologie et de typage moléculaire en microbiologie (Lbtmm) du Pr Lamine Baba-Moussa. A cette occasion, seules les recherches du Lbtmm étaient sous les projeteurs. Pendant environ trois heures d’horloge, les docteurs de ce laboratoire ont présenté une série de communications pour mieux cerner les contours du produit de stimulation en agriculture (biostimulants) visant à améliorer les fonctionnalités biologiques des sols et des plantes. Il s’agit de docteurs Adoukè Nadège Agbodjato, OlaréwadjouAmogou, Marcel Adoko, RicardosAguégué, Sylvestre Assogba et Abdel Koda. Les différentes communications suivies avec grand intérêt ont permis de révéler le potentiel de solutions des chercheurs à améliorer les conditions de travail des agriculteurs, à garantir un environnement sain aux acteurs des filières et de garantir aux décideurs l’existence de biofertilisants pour améliorer les rendements des productions de maïs et pourquoi pas le coton. Pour le Pr Lamine Baba- Moussa, ces communications sont dans le cadre d’un Programme de recherche que son laboratoire a entamé depuis environ 10 ans avec le concours de l’Institut national des recherches agricoles du Bénin (Inrab). « On a remarqué qu’au Bénin, les semences n’atteignent jamais leur capacité maximale. Par exemple, pour le coton, on a des semences qui n’atteignent que 4 tonnes ou 5 tonnes maximum. Pour le maïs, pour des semences qui doivent atteindre normalement 5 tonnes, on se retrouve au maximum à 2,5 tonnes à l’hectare », a-t-il fait remarquer pour expliquer la nécessité de ces produits qui, quoi qu’on dise, ont l’avantage de réduire l’apport d’engrais chimiques dans l’agriculture béninoise. Et les produits qui ont fait l’objet de toutes les communications présentées à l’assistance, sont les Rhizobactéries promotrices de la croissance des plantes (en Anglais Pgpr) et les champignons mycorhiziens à arbuscules (Cma) comme solution palliative à la baisse drastique de la fertilité des sols cultivés pour améliorer le rendement des grandes cultures telles que le maïs.Les différents intervenants à ce panel de discussion scientifique ont apprécié la qualité des travaux de recherches effectuées par le Lbtmm. Ils ont souhaité leur meilleure valorisation en agriculture et surtout la poursuite des recherches pour faire progresser l’efficacité des substances pour une agriculture durable au Bénin. Le président de l’Ansalb est le professeur titulaire émérite Nazaire Padonou et le président de la Commission permanente agriculture est le professeur titulaire émérite Mansourou Moudachirou.

Quid du Lbtmm ?

Créé en octobre 2009, le Laboratoire de biologie et de typage moléculaire en microbiologie (Lbtmm) est un laboratoire de recherches scientifiques du département de Biochimie et de Biologie cellulaire de la Faculté des sciences et techniques (Fast) à l’Université d’Abomey-Calavi (Uac). Il est situé dans les locaux ayant abrité le projet papaïne. Ce laboratoire est dirigé par le professeur Lamine Saïd Baba-Moussa, Professeur titulaire de biochimie, biologie moléculaire et microbiologie. L’objectif du Laboratoire est d’effectuer la recherche d’intérêt fondamental et appliqué dans les domaines de Biochimie, Biologie Moléculaire, Microbiologie Alimentaire, Microbio-logieclinique, Microbiologie des sols, Biotechnologie végétale. Le laboratoire participe aussi à l’enseignement et à la formation des étudiants au sein des établissements de l’Université d’Abomey-Calavi et des autres Universités publiques du Bénin. A ce jour 34 docteurs ont été formés dans diverses spécialités. Plusieurs thématiques de recherches se font dans le laboratoire.

Abdourhamane Touré

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum