LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Rdc : L’Onu confirme des attaques de l’armée rwandaise

0

Le Rwanda soutiendrait bien les rebelles du M23, un groupe armé très actif dans l’est de la République Démocratique du Congo. C’est l’une des conclusions d’un rapport d’experts mandatés par l’Onu dévoilé aujourd’hui par l’Afp. Selon cette enquête transmise au Conseil de sécurité, l’armée rwandaise aurait bien été présente et serait bien intervenue sur le sol congolais ces derniers mois, contre des mouvements armés, mais également en soutien d’autres groupes comme le M23.

D’après les experts onusiens, l’armée rwandaise a « lancé des interventions militaires contre des groupes armés congolais et des positions des forces armées congolaises », et ce depuis novembre 2021.

Les enquêteurs révèlent que Kigali a « fourni des renforts de troupes au M23 pour des opérations spécifiques », notamment pour « s’emparer de villes et zones stratégiques ». La prise, le 13 juin, par les rebelles, de la localité de Bunagana, dans le Nord-Kivu, est citée en exemple. Les experts ont rassemblé des images de drones, des vidéos et photos amateurs et des témoignages. Ces éléments révèlent de grandes colonnes de plusieurs centaines d’hommes près des frontières de la Rdc, du Rwanda, de l’Ouganda, se déplaçant avec des uniformes similaires à ceux des Rwandais.

Deux semaines avant l’attaque sur Bunagana, la base congolaise de Rumangabo était sous les tirs d’obus et d’armes automatiques. « Le M23 et les soldats rwandais ont conjointement attaqué », affirment les enquêteurs, ajoutant que des colonnes rwandaises de 900 à 1000 hommes « ont coupé la RN12 pendant des jours et attaqué, puis délogé les Fardc de leurs positions ». Même si fin mai, l’armée congolaise a contre-attaqué, avec l’aide d’autres groupes armés.

Enfin, le rapport pointe des opérations, fin mai et début juin, sur le sol congolais, de 300 militaires rwandais contre les mouvements Fdlr et Cmc/Fdp. En bref, cette enquête va totalement à l’encontre de la position officielle du Rwanda, qui a toujours nié la présence de ses soldats dans l’est du Congo.

Kinshasa salue la publication du rapport

Le gouvernement congolais se réjouit de la publication de ce rapport. Il espérait d’ailleurs que la Monusco prenne position publiquement plus tôt contre le Rwanda, dit le ministre de la Communication et des médias Patrick Muyaya, interrogé par notre correspondant Patient Ligodi. « Nous avons entendu madame Bintou Keita dire devant le Conseil de sécurité que le M23 se comportait de plus en plus comme une armée régulière, mais nous aurions voulu que cela soit dit plutôt, qu’on reconnaisse qu’un hélicoptère de la Monusco a été bombardé par l’armée rwandaise pour ne pas dire le M23 ».

Le gouvernement congolais espère également que les conclusions de ce rapport vont  accélérer le processus entamé à Luanda, en Angola, où Congolais et Rwandais avaient convenu de la désignation d’un officier angolais pour vérifier les accusations que les deux camps se portent mutuellement. « Ce rapport va lui faciliter la tâche. Aujourd’hui, nous devons nous assurer que le cessez-le-feu est respecté par tous et que Bunagana et toutes les localités occupées par le M23 puissent être libérées ».

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum