LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Pour absence prolongée au poste et violation des règles administratives : Le maire de Bantè, Edmond Laourou, révoqué

0

Depuis le 13 avril 2021, l’’administration communale de Bantè est paralysée du fait de l’absence prolongée et non justifiée du maire Edmond BabalèkonLaourou. Ainsi, conformément aux dispositions légales, notamment l’article 54 de la loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin et le Code électoral, le Conseil a décidé de la révocation.

En dépit des rappels à l’ordre, le maire Edmond BabalèkonLaourou n’a pas daigné rejoindre son poste depuis le 13 avril 2021. Cette absence prolongée et non justifiée du maire constitue un frein aux activités de la Mairie, qui est du coup paralysée. Par ailleurs, un compte rendu du Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale fait apparaître que le maire  s’est rendu coupable de manquements constitutifs de fautes lourdes et de violation des règles de déontologie administrative. À la lumière des griefs et des faits reprochés à Edmond BabalèkonLaourou  et contenus dans le rapport du ministre de la Décentralisation, il s’est mis en marge des lois et règlements. De plus, beaucoup le soupçonnaient d’être de mèche,  sinon un des instigateurs des faits de violence notés dans la commune pendant la période électorale. Il a  manqué de façon à tous ses devoirs de première autorité communale qui, de surcroît, exerce le pouvoir de police administrative. Ces faits sont constitutifs de fautes lourdes de déontologie administrative.  Le gouvernement se devait donc  de prendre ses responsabilités afin de débloquer la situation au niveau de l’administration locale,   afin que celle-ci retrouve son fonctionnement normal. En effet,  selon  l’article 54 de la loi n° 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin, « le maire ou l’adjoint qui commet une faute lourde peut être révoqué de ses fonctions. » De plus, Code électoral  établit qu’ « en cas de vacance de poste de maire ou d’adjoint au maire par décès, démission ou empêchement définitif pour toute autre cause, il est procédé, sous quinzaine, à son remplacement. Au vu de tous ces griefs et manquements, la décision de révocation de  maire Edmond Babalèkon LAOUROU est juste et  pertinent. D’autant plus que la Rupture a décidé depuis 2016, de fonctionner dans la discipline et le respect des textes et sur la voie du développement, où  les  compromissions politiciennes ou l’impunité n’ont plus droit de cité. Il  donc est à saluer  que le gouvernement ait  agi en respect des textes qui régissent la matière. Le ministre de la Décentralisation et de la gouvernance locale est instruit par le gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour pourvoir à son remplacement conformément aux textes en vigueur.

Wilfrid Noubadan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite