LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Polémique autour des trésors royaux : Les opposants font de l’amalgame

0 214

L’arrivée des trésors royaux au Bénin semble avoir donné de la matière à l’opposition, qui s’enlisait déjà dans une inertie inquiétante. Malheureusement, c’est avec des arguments de bas étage que certains acteurs de cette classe politique ont choisi de se mettre en scène. Ils font un alliage nocif entre l’accueil des trésors royaux et une supposée dégradation de la situation socio-économique du pays.

L’opposition vient encore de rater une occasion de se taire. A chacune de ses prises de position, elle donne la preuve de sa mauvaise organisation, mais aussi de son incapacité à apporter de la plus-value au débat politique. Sinon, comment comprendre que certains leaders de cette classe politique opposée aux idéaux du régime aient choisi de ne voir que du noir dans ce qui se fait pourtant de beau et de bien. C’est du moins l’impression qu’ont donné ces derniers jours, deux acteurs de l’arène : Amissétou Affo Djobo et Euzène Azatassou, tous deux des figures de proue de l’opposition. Ces deux personnalités politiques ont choisi de ramer à contre-courant face à ce que le bon sens collectif voudrait qu’on reconnaisse comme un succès à saluer et applaudir des deux mains. S’il est vrai que la politique reste un jeu d’intérêts qui a son mode de fonctionnement et ses codes, il n’en demeure pas moins que ceux-ci ne doivent en aucun cas, prendre le dessus sur des questions d’intérêt national qui méritent une adhésion collective et un sursaut national. Même si le ‘’héros’’, dans le cas d’espèce, reste Patrice Talon avec qui ces deux politiciens ne sont pas en odeur de sainteté, la courtoisie politique devrait exhorter à une certaine sagesse qui voudrait qu’on s’abonne au silence à défaut de saluer le courage et la persévérance de l’homme. Vouloir dénier au peuple et à son chef, le droit de célébrer le succès historique matérialisé par l’arrivée des 26 œuvres royales relève tout simplement d’une comédie et traduit au demeurant, une panne d’inspiration. Pour ces deux acteurs, on ne devrait pas célébrer la restitution de ces trésors royaux dans le contexte politique actuel où certains compatriotes, en raison de certains faits qui leur sont reprochés, se retrouvent derrière les barreaux. Mieux, les deux acteurs politiques se sont complètement mélangés les pédales en surfant sur un hypothétique enlisement de la situation économique du pays, pour demander au peuple, de bouder l’évidente joie tirée du retour des œuvres.

Autant se taire

Depuis quelques années, le paysage politique a fait l’objet d’une réforme majeure qui exclut désormais toute animation approximative et biaisée de la vie politique. La réforme du système partisan avec sa batterie d’exigences a définitivement sonné le glas de la complaisance et de l’amateurisme en politique. Dès lors, la politique n’est plus un couloir ou un nid où peuvent se réfugier des personnes peu soucieuses du devenir des populations. Le débat politique doit être objectif et dénié de toute souillure. Le peuple a tourné la page des sombres périodes où il a servi d’échelle à l’ascension de cancres en politique. L’animation de la vie politique doit désormais être empreinte d’objectivité et dénuée de toute approximation. Des politiciens à l’instar de l’ancienne députée Amissétou Affo Djobo et Eugène Azatassou n’ont visiblement pas intégré cette nouvelle perception des choses. Pourtant, une lecture conséquente du paysage politique devait les conduire à une véritable introspection avant toute réaction publique. Le cafouillage dans lequel ces deux politiciens se sont embourbés dans leurs déclarations a fini par convaincre de ce qu’ils ont raté une belle occasion de se taire. Ils auraient pu aller à l’école de certains de leurs pairs qui, faute d’éléments pertinents de contradiction, ont décidé de se taire. Le silence n’est pas une faiblesse encore moins une résignation. Au contraire, il participe d’une stratégie politique qui vous permet de bien murir vos idées avant de les porter sur la place publique. Cette vérité, certains de nos politiques doivent se l’intégrer désormais. Il y va de leur crédibilité et de leur avenir en politique.

Gabin Goubiyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite