LE MATINAL
Actualités

Perturbation de la collecte gratuite des déchets dans le Grand-Nokoué : Les explications du Dg Sgds-Gn

Le processus de la collecte des déchets dans les ménages par la Société de gestion des déchets et de la salubrité du Grand Nokoué (Sgds-Gn) semble être incompris de bon nombre de citoyens. Ils sont nombreux, ces ménages qui se plaignent de la perturbation observée ces derniers jours dans la pré-collecte des ordures ménagères avec des agents collecteurs qui semble-t-il, se font de plus en plus rares. Afin d’éclairer la lanterne des uns et des autres, le directeur général de la Sgds-Gn s’est prononcé, jeudi 1er octobre sur les plateaux de la chaîne de télévision privée Canal 3 Bénin. Selon Valéry Lawson, les perturbations que connaît actuellement la société dont il a la charge sont liées aux difficultés d’accès à la cellule d’enfouissement technique de Ouessè dans la Commune de Ouidah dues à la période de pluies. « Nous avons prévu réhabiliter les deux centres d’enfouissement technique, c’est-à-dire de Ouessè et de Takon. Aujourd’hui face à cette longue queue de nos camions observés, nous avons décidé de créer une zone tampon pour qu’on puisse stocker provisoirement les déchets et lorsque la pluie cesse et que l’accès s’améliore, on puisse enfouir les déchets en attendant la construction. Nous voulons faire les choses correctement. La troisième cellule sera bientôt construite. Les travaux vont démarrer en décembre. C’est une cellule qui doit répondre aux normes et standards internationaux », a-t-il expliqué. En dehors des difficultés d’accès à la cellule d’enfouissement technique de Ouessè, le directeur de la Sgds-Gn note aussi l’insuffisance de points de regroupement dans les Communes de Cotonou et Abomey-Calavi. « Vous prenez par exemple, Cotonou-Est, nous avons pratiquement deux points de regroupements. Or, si nous n’avons pas de points de regroupement, les déchets ne seront pas bien gérés. Parce que quand les déchets quittent les maisons, il faut les envoyer aux points de regroupement et c’est à partir du point de regroupement qu’ils sont convoyés vers le centre de traitement. Donc au niveau de ces deux Communes, on a d’énormes difficultés de foncier pour installer les points de regroupement. Malgré que nous avons aujourd’hui les ressources pour les construire », a ajouté Valéry Lawson. « Il nous faut à Calavi, au moins 28 points de regroupement. C’est-à-dire un point de regroupement par zone de pré-collecte mais on n’a pas la moitié. Et pour faire face à la question foncière, nous avons construit des points mobiles mais pour les installer là encore, il y a le problème de foncier qui se pose », a-t-il poursuivi.

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

LIRE ASSI :  COVID-19/LITTORAL : SERVICE MINIMUM DANS L’ADMINISTRATION PUBLIQUE                                                                                                                                                                                                          

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Exécution du Pag en 5 ans : Les mauvais procès de l’opposition

LA REDACTION

Protection de l’enfance : La ligne 138 , d’assistance aux enfants disponible

LA REDACTION

Covid-19 au Bénin : La foire annuelle de l’indépendance reportée sine die

LA REDACTION

Leave a Comment

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils