LE MATINAL
Actualités Politique

Patrice Talon, 61 ans après l’indépendance : Le Bénin prend sa place sur la scène internationale

Le Bénin a célébré les 61 ans de son indépendance le dimanche 1er août 2021. Comme l’exige la tradition, le chef de l’Etat s’est adressé à la Nation. Dans son message, Patrice Talon a  fait savoir que son gouvernement lutte contre toutes les formes de discriminations et de violences faites aux femmes et aux filles. Selon le président de la République, le gouvernement donne priorité à l’éducation et à la formation pour amorcer le développement du Bénin. L’objectif est de préparer les apprenants à faire face aux défis de leur époque. Profitant de l’occasion, le président de la République a annoncé une transformation qualitative des 77 communes. « Pour engager la transformation qualitative de toutes nos communes, en vue d’y améliorer les conditions de vie, j’ai demandé au gouvernement de procéder, en lien avec l’Ancb, à une réforme ambitieuse de la gouvernance locale », a-t-il affirmé. Lire l’intégralité de son discours prononcé le samedi 31 juillet 2021.

Béninoises, Béninois,

Mes chers compatriotes,

La célébration de notre fête nationale, commémorative de notre indépendance, nous donne chaque fois l’occasion de célébrer ce que nous sommes : un pays souverain, un peuple fier et responsable, une nation qui enfin, se réalise et construit pas à pas mais résolument, son développement.

Une nation qui s’impose de la discipline et qui progresse. Une nation qui prend de plus en plus sa place sur la scène internationale, qui peut parler d’une voix forte, sans complexe mais sans prétention aucune.

Si nous y arrivons, c’est bien parce que nous avons enfin compris qu’il ne faut pas se contenter d’être seulement politiquement indépendant.

Mais qu’il faut surtout travailler, encore et encore, pour se développer, s’émanciper, pour ne pas dépendre de la charité des autres, afin d’être véritablement indépendant.

Cette volonté de nous développer nous aussi, nous a fait prendre conscience que notre destin est exclusivement entre nos mains et désormais à notre portée.

C’est elle qui explique les avancées remarquables qui nous permettent de construire pas à pas, dans tous les domaines, les fondamentaux de notre développement socioéconomique, en vue de notre mieux-être individuel et collectif.

C’est encore cette volonté, issue de notre nouvel état d’esprit, qui rend le Bénin si ambitieux et si laborieux.

Nous pouvons donc nous féliciter de cette nouvelle dynamique.

Nous pouvons être fiers de ce que nous sommes désormais capables de construire notre pays, et de réaliser l’essentiel de ce qui nous manque.

Certes, il nous reste encore beaucoup à faire pour renforcer nos capacités afin qu’aucune épreuve ne nous submerge.

Je n’en veux pour preuve que la pandémie de Covid-19 en cours.

Notre totale dépendance en ce qui concerne les matériels et les intrants de dépistage, ainsi que le vaccin, nous révèle combien le chemin est encore long.

Une chose est d’être capable, une autre est de réaliser. Or, réaliser requiert de la volonté, de l’effort, de la détermination et parfois du temps.

Toutes choses ayant caractérisé le parcours de ces autres nations, développées, que nous regardons avec tant d’envie, et qui ne cessent de nous montrer que l’aide et la solidarité ont bien des limites.

Mes chers compatriotes,

Fort de notre potentiel, de notre nouvel état d’esprit et des succès que nous réalisons désormais, le temps que nous mettrons pour franchir les paliers restants sera beaucoup moins long que le temps perdu.

Car nous avons enfin commencé réellement à matérialiser notre indépendance. Et cet élan, nous le garderons à jamais.

Mes chers compatriotes,

Bâtir une nation moderne qui offre les mêmes chances de réussite à tous, passe aussi par des actions volontaristes, en faveur de certaines couches de la société.

A cet égard, mon gouvernement a montré sa détermination à lutter contre toutes les formes de discriminations et de violences faites aux femmes et aux filles.

C’est le sens de la mise en place de l’Institut national de la femme, nouvelle formule.

Il traduit notre volonté de protéger et de promouvoir la femme béninoise, mais aussi de favoriser son émancipation.

Ce faisant, j’en suis convaincu, nous aurons créé les conditions du développement équilibré de notre pays.

Un chantier sur lequel les femmes apporteront toute leur contribution.

Elles seront ainsi réhabilitées en tant que composante indispensable de la société.

C’est pourquoi, j’en appelle à un sursaut collectif afin que chacun adhère à cet idéal.

Béninoises, Béninois,

Un autre levier de développement qui nécessite une action hardie, c’est l’éducation et la formation de nos enfants.

A cet effet, nous avons déjà initié des réformes pour leur garantir une bonne formation adaptée à nos besoins.

L’objectif poursuivi est de les préparer à s’occuper des défis de leur époque.

Tout comme l’éducation et la formation, la décentralisation est un secteur qui nous préoccupe particulièrement.

Pour engager la transformation qualitative de toutes nos Communes, en vue d’y améliorer les conditions de vie, j’ai demandé au gouvernement de procéder, en lien avec l’Association nationale des Communes du Bénin, à une réforme ambitieuse de la gouvernance locale.

Les textes qui organisent nos Communes, ainsi que les outils de leur gestion, seront donc revus en conséquence.

A l’avenir, nos collectivités locales devront être mieux gouvernées afin de devenir réellement des espaces de développement et d’épanouissement du citoyen.

Cela ne saurait se faire sans la garantie de la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

C’est pourquoi, les mesures que nous avons prises dans le cadre de la lutte contre l’insécurité et le terrorisme, seront maintenues et renforcées.

Ces fléaux, nous le savons, troublent la quiétude des nations et compromettent leur développement.

Enfants du Bénin, notre foi en notre patrie, notre volonté de la voir de plus en plus forte et respectée, commandent de conjuguer nos efforts.

Nous savons qu’ensemble nous avons toujours été plus forts face aux défis.

Je ne doute donc pas que chacun de vous restera disponible et engagé pour notre indépendance effective.

C’est de même que je veux pouvoir compter sur ceux de nos concitoyens qui ont perdu leur liberté, et qui vont bénéficier de la mesure de grâce que je leur accorde, conformément aux lois de la République, parce qu’ils en remplissent les conditions.

J’attends d’eux, nous attendons tous d’eux, qu’ils s’améliorent et qu’ils prennent leur part de l’œuvre de développement de notre pays.

Mes chers compatriotes,

Bonne fête nationale.

61ème anniversaire de l’indépendance du Bénin : Dépôt de gerbe par le président Patrice Talon

Le Bénin a célébré hier dimanche 1er août 2021, le 61ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Comme annoncé, le Chef de l’Etat, Patrice Talon, a procédé à 9h50mn, au dépôt de gerbe au pied du monument aux morts à Xwlacodji. Cette cérémonie a été marquée par trois temps forts. Il s’agit du dépôt de gerbe, de l’exécution de l’hymne destinée aux soldats morts pour la patrie et aux Béninois décédés et à l’allumage de la flamme de l’espoir. Après tout ceci, le président de la République s’est retiré pour la revue symbolique des troupes symbolique qui a été  faite au palais de La Marina, suivie de la prise d’arme. Il est à rappeler que c’est en raison de la pandémie du Coronavirus, que le gouvernement a décidé que cette célébration se fasse dans la sobriété et soit marquée juste par le dépôt de gerbe et la revue des troupes symbolique à la Présidence de la République.

LIRE ASSI :  Audit du Fonds national de développement et de promotion touristiques : De nombreuses irrégularités constatées, la Justice appelée à sévir

Léonce Adjévi

61ème anniversaire d’indépendance du Bénin : Des prisonniers graciés pour participer au développement national

Le développement du Bénin nécessite la conjugaison des efforts de tous ses fils et filles. Convaincu de cette réalité, le président Patrice Talon a, conformément à la tradition, décidé de gracier les prisonniers qui remplissent les conditions de remise en liberté. L’annonce a été faite dans le message à la Nation prononcé le 31 juillet 2021, à l’occasion de la célébration du 61ème anniversaire de la fête nationale. L’objectif visé par le chef de l’Etat en posant ce geste symbolique est d’amener ces personnes qui ont maille à partir avec la justice et qui ont été condamnées puissent s’améliorer et prennent part au processus de développement en cours dans le pays depuis avril 2016. « Enfants du Bénin, notre foi en notre patrie, notre volonté de la voir de plus en plus forte et respectée, commandent de conjuguer nos efforts. Nous savons qu’ensemble nous avons toujours été plus forts face aux défis. Je ne doute donc pas que chacun de vous restera disponible et engagé pour notre indépendance effective. C’est de même que je veux pouvoir compter sur ceux de nos concitoyens qui ont perdu leur liberté, et qui vont bénéficier de la mesure de grâce que je leur accorde, conformément aux lois de la République, parce qu’ils en remplissent les conditions », a déclaré le locataire du Palais de la Marina. Et d’ajouter : « J’attends d’eux, nous attendons tous d’eux, qu’ils s’améliorent et qu’ils prennent leur part de l’œuvre de développement de notre pays ». A travers cette grâce accordée, Patrice Talon invite le peuple béninois à se rassembler autour de l’essentiel. La précarité dans laquelle les Béninois baignent depuis des lustres n’est pas une fatalité. Les clés pour rompre avec ce cercle infernal existent. Il suffit de se mettre ensemble et d’accompagner le pouvoir exécutif comme c’est le cas aujourd’hui, et des montagnes seront soulevées.

Serge Adanlao

Lutte contre l’insécurité et le terrorisme : Talon réitère son engagement à mener la vie dure aux hors-la-loi

Le chef de l’Etat est décidé à combattre sous toutes ses formes l’insécurité et le terrorisme. Il a réitéré cet engagement lors de son discours à la Nation dans le cadre de la célébration du 61ème anniversaire de l’indépendance du Bénin.

La sécurité des personnes demeure une préoccupation majeure pour le chef de l’Etat. Il est revenu sur la question dans son discours à la Nation, le samedi 31 juillet 2021, et a annoncé de mesures fortes. Il s’agit du maintien et du renforcement des mesures prises dans le cadre de la lutte contre l’insécurité et le terrorisme. En effet, pour garantir la sécurité sur l’ensemble du territoire national, le président Patrice Talon et son gouvernement ont initié un certain nombre de réformes à savoir la création de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), la fusion de la Gendarmerie et de la Police nationale pour plus d’efficacité et le renforcement de l’effectif des forces de sécurité et de défense. D’autres approches seront également élaborées pour combattre jusqu’à leur dernier retranchement les vils individus qui troublent la quiétude des paisibles citoyens et le développement du pays. Autant de mesures prises par le gouvernement Talon pour lutter contre l’insécurité et le terrorisme. Au-delà de ce renforcement, il s’agira pour Patrice Talon de mener une lutte sans merci contre l’insécurité et le terrorisme qui troublent la quiétude des Nations et compromettent leur développement. A cet effet, des appuis seront apportés aux différentes structures chargées de garantir la sécurité des personnes et des biens. Pour rappel, le mécanisme mis en place pour lutter contre ces fléaux, a, entre autres, permis d’interpeller de présumés trafiquants de stupéfiants et autres instigateurs et fauteurs de trouble lors de la Présidentielle d’avril 2021.

Odi I. Aïtchédji

Talon réaffirme sa volonté de donner à la femme sa dignité

Le président de la République, Patrice Talon s’est adressé aux Béninois, le samedi 31 juillet 2021, à l’occasion de la 61ème édition de la fête nationale du Bénin. Occasion pour le Chef de l’Etat de mettre l’accent sur trois (03) leviers de développement, notamment l’impulsion de la femme pour en faire une composante entière de la société, contributrice au développement.

Le gouvernement entend engager une dynamique plus porteuse de promotion et de protection de la femme, à travers notamment l’éradication des discriminations dont elle fait l’objet, de même que les diverses formes de violences qui compromettent son développement. Le Chef de l’Etat Patrice Talon l’a réaffirmé dans son message à la Nation dans le cadre de la célébration de l’indépendance du Bénin. Selon lui, cela traduit la volonté de protéger et de promouvoir la femme béninoise, mais aussi de favoriser son émancipation. A travers cette annonce, le chef de l’Etat voudrait faire de la femme une composante entière de la société, contributrice au développement. Ainsi, l’on se rend compte aisément qu’il va toujours plus loin et a le souci de concrétiser ce qui est bon pour le peuple, mais que les régimes successifs  ne sont pas encore arrivés à faire. Cette volonté affichée visant à donner de la dignité et la place qu’il faut à la femme n’est nullement une façon d’être dans l’air du temps. Elle procède d’un diagnostic pertinent et juste et se fonde sur la nécessité d’aller à un vrai développement : « A cet égard, mon Gouvernement a montré sa détermination à lutter contre toutes les formes de discriminations et de violences faites aux femmes et aux filles. C’est le sens de la mise en place de l’Institut national de la Femme. Il traduit notre volonté de protéger et de promouvoir la femme béninoise, mais aussi de favoriser son émancipation. Ce faisant, j’en suis convaincu, nous aurons créé les conditions du développement équilibré de notre pays. Un chantier sur lequel les femmes apporteront toute leur contribution. Elles seront ainsi réhabilitées en tant que composante indispensable de la société. C’est pourquoi j’en appelle à un sursaut collectif afin que chacun adhère à cet idéal », a déclaré Patrice Talon.

LIRE ASSI :  Fête de la Nativité : Le message de Talon aux Béninois

Des compétences élargies

Malgré les efforts déployés, force est de constater que nombreux obstacles restent à lever. C’est ce souci qui a amené le chef de l’Etat,  Patrice Talon,  à restructurer l’organe en le dotant de nouveaux statuts avec des compétences élargies pour lui insuffler un nouveau dynamisme. L’organe dont les statuts ont été adoptés lors du  Conseil des ministres du mercredi 21 juillet 2021, vient corriger les insuffisances notées avec plus d’ambitions et de compétences. Son architecture ainsi que les pouvoirs dont il est doté prouvent bien que leçon a été tirée des faiblesses de l’institut initial. Ainsi, au-delà de la représentativité et de la promotion publique et politique de la femme, tout est, cette fois-ci, mis en œuvre pour la dignité et l’épanouissement de la femme dans toutes les sphères. Par ailleurs, les  statuts de l’organe consacrent de véritables avancées : autonomie financière, cahier de charges, pouvoir d’ester en justice et de se constituer partie civile. Créé en décembre 2009, l’ex-l’Institut national pour la promotion de la femme,  dont la mission était de promouvoir la participation et la contribution de la femme béninoise à la vie publique et politique, a déçu. Il n’a pas, pour diverses raisons, donné les résultats escomptés. Il   n’a pas pu jouer le rôle de levier destiné à assurer la mise en œuvre d’une politique cohérente et durable pour relever les défis identifiés.

Léonce Adjévi

L’éducation et la formation pour pérenniser les fruits des efforts

Le président de la République est déterminé à mettre en place des politiques pertinentes pour façonner le Béninois de demain. Dans ce cadre, plusieurs  actions sont initiées depuis son accession à la magistrature suprême. Au nombre de celles-ci, l’éducation et la formation. Ce chantier, socle d’une nation développée occupe une place de choix dans le second quinquennat en cours. Dans son message à la nation le samedi 31 juillet 2021, Patrice Talon y a mis un point d’honneur. « Un autre levier de développement qui nécessite une action hardie, c’est l’éducation et la formation de nos enfants. A cet effet, nous avons déjà initié des réformes pour leur garantir une bonne formation adaptée à nos besoins. L’objectif poursuivi est de les préparer à s’occuper des défis de leur époque », a-t-il rappelé. Entre autres mesures prises pour attester la volonté politique et démontrer que les actions engagées ne sont pas un slogan, figure la Stratégie nationale de l’enseignement et la formation technique et professionnelle. Elle vise à ouvrir une nouvelle dans ces sous-secteurs de l’éducation en marquant la rupture avec un modèle éducatif béninois qui a montré ses limites. Les filières économiques ciblées par le gouvernement sont : l’agriculture, le tourisme, le numérique, l’artisanat, l’énergie, l’eau et l’assainissement. Pour régler le problème l’inadéquation entre la formation et l’emploi, le gouvernement a envoyé en formation à l’extérieur, 60 élèves-professeurs certifiés au profit de l’Enseignement et la formation technique et professionnelle (Eftp). Après 3 à 4 ans de renforcement de capacités, ces derniers devront conformément à l’engagement pris, rentrer au pays pour enseigner pendant une certaine durée, dans les établissements publics de l’Eftp. Dans la même dynamique de pérennisation et d’inscription dans la durée des fruits des efforts d’aujourd’hui, il a été décidé de créer 30 lycées agricoles d’ici à 2023. La finalité de cette initiative est d’accélérer la transformation structurelle de l’économie rurale et d’offrir aux apprenants des opportunités de se former en milieu réel, avec un accent sur la pratique qui devra occuper 70% de l’emploi de temps. Au niveau du supérieur, la réforme de l’enseignement est annoncée. Elle vise à mettre un terme aux nombreuses faiblesses qui plombent la recherche et l’innovation au Bénin.

Serge Adanlao

Accession du Bénin à la souveraineté internationale : Talon réitère son appel à un nouvel état d’esprit

Le Bénin se métamorphose, et des avancées sont notées dans plusieurs domaines depuis quelques années. Ce progrès notable, fruit de la discipline, du sacrifice et de la détermination de chaque citoyen à repositionner le pays fait qu’aujourd’hui, on peut être fier de célébrer l’indépendance du Bénin. Dans son message à la Nation le samedi 31 Juillet 2021, le Président Patrice Talon a exprimé, tout comme beaucoup de Béninois, sa fierté face à ces résultats obtenus en quelques années de gouvernance participative et insisté sur le nouvel état d’esprit auquel il a toujours appelé ses compatriotes.

Patrice Talon est fier de son peuple. Le Président de la République se réjouit de comment le Bénin est perçu de nos jours, dans plusieurs domaines. « Un pays souverain, un peuple fier et responsable, une Nation qui enfin, se réalise et construit pas à pas mais résolument, son développement ». Voilà comment Patrice Talon a présenté ce qu’est aujourd’hui le Bénin. Pour lui, la commémoration de l’indépendance, loin des manifestations festives et folkloriques, est en réalité la célébration de ce que nous sommes.  Aujourd’hui, le Bénin n’est plus le petit pays de l’Afrique de l’Ouest dont on parlait avant. Talon a dit d’ailleurs que nous sommes « une Nation qui prend de plus en plus sa place sur la scène internationale, qui peut parler d’une voix forte, sans complexe, mais sans prétention aucune ». oint n’est besoin de démontrer le respect désormais voué au Bénin aussi bien dans la sous-région, la région Afrique et même dans le monde. Les relations diplomatiques entre le Bénin et les grandes Nations du monde ont complètement changé. Le pays a de plus en plus le courage de prendre position sur des questions de développement mondial.   uand on parle du Bénin aujourd’hui, l’attention des grands décideurs est retenue. Il est désormais suivi et entendu.  Nous avons suivi comment le pays s’est révélé lors du débat sur l’annulation de la dette africaine dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire Covid 19 et de la crise économique. Le Bénin a crédibilisé sa signature sur le marché financier international en levant des fonds de grandes portées. Des partenaires au Développement font la queue à la porte du Bénin. Mais le Gouvernement se veut, de plus en plus, indépendant et autonome. Plus rien ne se fait comme avant. On ne tend plus la main à n’importe qui et à n’importe quelle occasion. Le Bénin n’est plus le pays mendiant qui reçoit de qui il veut.  Cette indépendance qui repositionne le Bénin de nos jours est celui voulu par le Président à travers de nombreuses réformes ‘’fâcheuses’’. Et là-dessus, le Président Patrice Talon a reconnu la prise de conscience des populations. « Si nous y arrivons, c’est bien parce que nous avons enfin compris qu’il ne faut pas se contenter d’être seulement politiquement indépendant », a dit le Président dans son message, le samedi dernier.  L’indépendance que célèbre le Bénin d’aujourd’hui se lit dans beaucoup de domaines. Les récents résultats obtenus sur le plan agricole, les moyens et efforts déployés dans le domaine du sport, la lutte contre l’impunité et la mauvaise gouvernance, la dématérialisation de plusieurs services de l’Etat et les nombreux investissements faits pour s’élancer vers une réelle autonomisation énergétique avec la disponibilité en eau potable à moindre coût permettent aujourd’hui de faire un bilan et de conclure que le Bénin est réellement indépendant.  Le simple fait de ne plus attendre les partenaires techniques et financiers et les dons d’Institutions financières mondiales pour améliorer les conditions de vie des populations est la preuve de la réelle indépendance du Bénin. Et comme l’a dit le président Patrice Talon dans son message, « nous pouvons être fiers de ce que nous sommes désormais capables de construire notre pays, et de réaliser l’essentiel de ce qui nous manque ».

LIRE ASSI :  MARINO DE SOUZA ET EMERY OWOLABI SUR  E-TÉLÉ AU SUJET DES ELECTIONS COMMUNALES : LES RAISONS QUI JUSTIFIENT LE DESINTERET DES CITOYENS EVOQUEES

Le sacrifice n’est pas fini…

Talon est un vrai perfectionniste. Il regarde encore loin et veut davantage repositionner le Bénin pour une réelle indépendance. Pour cela, il appelle encore les Béninois à redoubler d’ardeur : « …il faut surtout travailler, encore et encore, pour se développer, s’émanciper, pour ne pas dépendre de la charité des autres, afin d’être véritablement indépendant ». Si le Bénin a pu atteindre ce niveau d’évolution aujourd’hui, c’est grâce aux efforts des uns et des autres. Talon reconnait que c’est la volonté de chaque Béninois qui a permis d’obtenir les résultats dont tout le monde se réjouit et qui font que le pays est envié. Pour aller de l’avant, il faudra redoubler d’ardeur. Pas question, selon le Président, de dormir sur les lauriers ; car, dit-il, « Cette volonté de nous développer nous aussi, nous a fait prendre conscience que notre destin est exclusivement entre nos mains et désormais à notre portée».

Le président tient encore et toujours à son appel au nouvel état d’esprit « qui rend le Bénin si ambitieux et si laborieux ». Le niveau d’avancement est salutaire. Mais les défis qui restent ne sont pas négligeables. « Fort de notre potentiel, de notre nouvel état d’esprit et des succès que nous réalisons désormais, le temps que nous mettrons pour franchir les paliers restants sera beaucoup moins long que le temps perdu », a rassuré le président. Il y a des épreuves inattendues auxquelles il faut se préparer pour ne pas se voir freiner. Talon a donné, dans son message, l’exemple de la pandémie du coronavirus qui est venue bouleverser beaucoup de choses.   Et à cet effet, Patrice Talon pense que c’est une occasion à saisir. Pour lui, le fait de n’avoir pas pu fait un effort parallèle pour éviter de dépendre encore des autres dans la suite de la gestion de cette crise, notamment le vaccin, doit nous faire réfléchir. « Notre totale dépendance en ce qui concerne les matériels et les intrants de dépistage, ainsi que le vaccin, nous révèle combien le chemin est encore long ».

Félicien Fangnon

Une nouvelle ère pour la gouvernance locale

Le discours prononcé en prélude à la commémoration du 61ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale, a été pour Patrice Talon, l’occasion de révéler son ambition et celle de son gouvernement, d’entreprendre de profondes réformes au niveau de la gouvernance locale. Cela vise à rendre plus dynamique la gestion de nos communes afin d’en faire de « véritables espaces de développement et d’épanouissement du citoyen».

« Pour engager la transformation qualitative de toutes nos Communes, en vue d’y améliorer les conditions de vie, j’ai demandé au gouvernement de procéder en lien avec l’Association nationale des Communes du Benin, à une réforme ambitieuse de la gouvernance locale », ainsi s’exprimait le Chef de l’Etat dans son message à la Nation, le 31 juillet 2021. Pour Patrice Talon,  il est impérieux d’imprimer une nouvelle dynamique à nos communes, deux décennies après l’avènement de la décentralisation. Cette réforme annoncée et qui sera effective dans les tous prochains jours, se traduira par le toilettage des textes qui organisent les communes, ainsi que leur mode de gestion. Le chantier tient à cœur au chef de l’Etat qui, à plusieurs occasions, a martelé sa volonté de procéder à une réforme structurelle du secteur de la décentralisation. La question a d’ailleurs été abordée en conseil des ministres le 02 juin 2021, séance au cours de laquelle le gouvernement a approuvé les orientations essentielles de la réforme structurelle du secteur de la décentralisation. Du compte rendu fait par le porte-parole du gouvernement, il ressort que les réformes à opérer dans ce secteur stratégique doivent obéir aux principes directeurs que sont le renforcement de la séparation des fonctions politiques et techniques, la mise en place d’un dispositif opérationnel de relai des services publics entre les niveaux central, communal, et infra-communal, l’amélioration des mécanismes de financement des investissements communaux, la création de synergies d’actions entre le conseil communal, ses démembrements, les associations de développement et les Organisations non gouvernementales (Ong). Un comité de réforme a été envisagé, lequel sera appuyé par deux experts nationaux et un expert international.

Vers un nouveau printemps pour la décentralisation

La volonté du chef de l’Etat de renforcer la gouvernance locale sonne comme un brin d’espoir pour une meilleure gestion des communes. En effet, c’est un secret de polichinelle que l’état des lieux n’est guère reluisant près de 20 ans après la mise en œuvre de la décentralisation. Beaucoup de Communes peinent à amorcer un réel décollage, faute de vrais managers à la tête des administrations communales. La politisation à outrance de ces espaces décentralisés, constitue un véritable goulot d’étranglement qui compromet dangereusement tout élan de développement local. Dès lors, il importe de saluer la clairvoyance et le courage du chef de l’Etat qui a d’ailleurs annoncé les couleurs à travers la signature d’un accord-cadre avec les mairies sur de grands projets structurants. On ne saurait non plus occulter le caractère inclusif des réformes que le gouvernement entend mener de concert avec l’Association nationale des communes du Bénin (Cncb). Assurément, une nouvelle ère est envisageable pour les collectivités locales qui seront dorénavant mieux gérées et ainsi être de véritables espaces de développement et d’épanouissement du citoyen.

Gabin Goubiyi

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Appels divers de Boni Yayi, Reckya Madougou et Daniel Edah : Des actions concertées pour troubler le processus électoral

LA REDACTION

Covid-19: Le Bénin franchit la barre de 90 cas positifs

LA REDACTION

COVID-19 AU BÉNIN : ELEONORE YAYI LADEKAN INSTALLE LES MEMBRES DU COMITE D’EXPERTS

LA REDACTION

Leave a Comment

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter EN savoir plus

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils