LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Parrainage des duos à l’élection présidentielle au Bénin : Le filtre nécessaire pour décourager les candidatures fantaisistes

0 9

L’élection présidentielle de 2021 a connu la participation de trois duos présidentiels, Talon-Talata, Soumanou-Hounkpè et Kohoué-Agossa. Comparée aux élections présidentielles passées, il se dégage une réduction de candidatures, surtout celles fantaisistes induites par le parrainage.

Ces partis de l’opposition ont rappelé qu’à travers plusieurs sorties médiatiques, ils ont dénoncé et rejeté le certificat de conformité, disent-ils, inventé de toutes pièces par la Cour constitutionnelle de Djogbénou, comme étant un acte illégitime et illégal parce que ne figurant dans aucune loi électorale au Bénin. « Au grand dam de tous, le ministre de l’intérieur, pour des raisons infondées et parfois en référence à des articles inappropriés, délivre aux trois partis de l’opposition, en l’occurrence, Usl, Re et Fcbe, un certificat de non-conformité, synonyme de leur exclusion pure et simple de la course aux législatives d’avril 2019 », ont-ils déploré. Pour eux, le ministre de l’intérieur a délivré le certificat de conformité qu’aux seuls partis de la mouvance présidentielle en excluant à dessein l’opposition. Par cet acte, le pouvoir Talon empêche le peuple souverain de choisir librement ses représentants à l’Assemblée Nationale. « En conséquence, le gouvernement Talon veut imposer à tous les Béninois et à toutes les Béninoises, ses députés godillots qui continueront de voter les yeux fermés des lois liberticides anti-démocratiques et contre le peuple béninois… En tout état de cause, le gouvernement Talon sera tenu pour responsable des déconvenues qui découleraient de cet acte odieux et anti-démocratique, si au plus tard demain vendredi 22 février 2019, à 12 heures, les partis politiques de l’opposition ne sont pas rétablis dans leurs droits », ont-ils averti.

Talon rencontre l’opposition

Le lundi 25 février 2019, le président Talon a rencontré une délégation de l’opposition sur sa demande par lettre dans le cadre de la préparation des élections législatives de 2019. Cette séance d’échanges qui s’est tenue au Palais de La Marina a tourné autour des sujets brûlants de l’actualité, notamment le processus électoral en cours comme l’a indiqué la lettre. Au cours de cette assise, le chantre de la rupture a mis un accent particulier sur la conformité des partis politiques avant de dire sa disponibilité pour l’aboutissement des formalités requises. Dans son franc-parler légendaire, il a rappelé aux partis de l’opposition et à toutes autres formations politiques qu’il est nécessaire qu’ils se conforment à la nouvelle charte des partis politiques. A l’entendre, c’est l’une des étapes primordiales pour la participation aux prochaines élections législatives. Et si les partis se mettent dans cette dynamique, il a dit ne pas marchander sa disponibilité. D’ailleurs pour lui, s’il était à la place de l’opposition, il aurait participé à l’élection. « Ce n’est pas à moi de vous dire ce qu’il faut faire, mais je serais à votre place que je serais capable d’être présent dans la compétition », a-t-il affirmé avec certitude. Dans les échanges, il a rassuré les représentants de l’opposition de ce que des instructions seront données aux différentes structures afin qu’elles fonctionnent à temps plein. Les partis politiques ne disposant pas encore du certificat de conformité, et d’autres pièces exigées par la Céna pourront donc se procurer lesdites pièces à tout moment. Selon Candide Azannaï, tout compte fait, ils sont venus au Palais dire qu’il n’y aura pas d’élection sans l’opposition et que les trois partis Fcbe, Re et Usl doivent recevoir le certificat de conformité. En tout cas le chef de l’Etat s’y est engagé. Sa bonne foi s’est remarquée dans ses propos. «Je répète que ma volonté, mon souhait est de pouvoir répondre aux préoccupations de chacun de mes concitoyens. J’ai noté que vous avez des préoccupations et je ne peux m’empêcher de répondre à vos préoccupations pour ce que je sais, pour ce qui relève non seulement de ma compréhension mais de mes prérogatives», soulignant que « …la bonne organisation des élections au Bénin, dans la transparence et dans la paix, fait partie de ma mission et au-delà de ma mission, quelque chose de sacré pour tous les Béninois. Nous avons tous l’obligation de protéger ces acquis. Pour moi, toute chose qui serait de nature à compromettre ces acquis, pour ce qui est du général, compromettre la satisfaction de ma mission, en ce qui me concerne, mérite attention », a-t-il martelé.

La Cour suprême se déclare

incompétente

Saisie entretemps par le parti Usl et Fcbe pour excès de pouvoir du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia, dans le traitement de leur dossier de déclaration administrative de mise en conformité à nouvelle Charte des partis politiques, la Cour suprême s’est déclarée incompétente. Le verdict est tombé dans la nuit du 25 au 26 février 2019 à Porto-Novo après les plaidoiries des différentes parties. La Cour s’est déclarée incompétente pour connaitre du dossier en premier ressort. Selon la Haute juridiction en matière judiciaire, ces deux formations politiques devraient d’abord passer devant une juridiction inférieure, un tribunal de première instance.

Le parti Fcbe reçoit son certificat au lendemain de la rencontre avec Talon

Le ministre béninois de l’Intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia, a délivré le mardi 26 février 2019, le certificat de conformité au parti de l’opposition Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe) dont le président d’honneur est l’ancien chef d’État béninois, Boni Yayi. En effet, les dossiers du parti étaient rejetés le mercredi 20 février 2019 à cause des irrégularités constatées. Ce rejet étant une explication de l’absence du parti aux élections législatives du 28 avril 2019, les membres se sont empressés pour se mettre à jour. Le vendredi 22 février 2019, suite à une assemblée générale extraordinaire, les responsables du parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) avec à leur tête, l’ex-chef de l’Etat béninois, Boni Yayi, ont apporté les corrections aux irrégularités constatées dans l’étude de leurs dossiers par le Ministère de l’intérieur. Mais la date 26 était la date de clôture du dépôt des dossiers. Il n’a pas fait diligence auprès de la Céna.

La Céna proclame la liste

des partis aptes

A la date limite de dépôt des dossiers à la Commission électorale nationale autonome (Cena), sept partis politiques dont six soutenants le Chef de l’Etat ont pu déposer leurs dossiers. Du côté de l’opposition, c’est l’Union sociale libérale de Sébastien Ajavon, seule qui a pu déposer son dossier, sans le certificat de conformité. Pour le représentant de ce parti, le dossier déposé respecte les normes établies par le code électoral. « Dans la loi électorale, on a énuméré toutes les pièces qu’il faut pour faire valider notre candidature à la Cena. Nous avons respecté la loi. Donc, dans les pièces prévues par la loi, il n’y a pas trace de certificat de conformité. Ça n’existe pas. Cela vient d’une décision de la Cour constitutionnelle qui ne fait pas la loi, qui ne légifère pas, en tout cas pour le moment, tant qu’il y a l’Assemblée nationale », a expliqué Donklam Abalo. Malgré le fait que tous les partis de l’opposition n’ont pas déposé les dossiers à la Cena, ils ont fait une déclaration après la clôture du dépôt des dossiers.

Suite dans la prochaine parution

Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite