LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Opérations foncières dans les Communes : Les raisons de la nouvelle suspension des lotissements

0 121

Au cours du point de presse consécutif au Conseil des ministres, le Secrétaire général adjoint, porte-parole du gouvernement a levé, hier mercredi 24 novembre 2021, un coin de voile sur les raisons qui ont motivé la dernière mesure de suspension des opérations de lotissement dans les Communes.

Pour Wilfried Léandre Houngbédji, cette énième suspension des opérations de lotissement au Bénin est guidée par le souci de préserver les réserves administratives qui font l’objet de magouilles au niveau des collectivités territoriales lors de la conduite desdites opérations. Le porte-parole a en effet exposé que ces opérations ont donné lieu à de sérieux problèmes structurels et des insuffisances notoires. C’est notamment ce constat désolant qui a motivé la suspension, il y a un peu plus d’un an, de ses opérations, par le ministre du Cadre de vie. Elles seront par la suite autorisées dans certaines localités où leur conduite est nécessaire. Selon les explications du porte-parole du gouvernement, il a été observé, qu’à la suite de cette autorisation, « une certaine tendance à réaliser des opérations outre le cadre autorisé et à brader des domaines appartenant à l’Etat ainsi qu’aux collectivités territoriales ». C’est face à ce désordre que le gouvernement, à travers le ministre de la Décentralisation, s’est vu obligé de prendre ses responsabilités, en demandant de surseoir à toute opération de lotissement, le temps que tout soit mis en ordre par les différents comités constitués par le  ministre du Cadre de vie pour prendre en charge les opérations qui étaient en cours. En somme, expose Wilfried Léandre Houngbédji, cette décision répond au besoin d’assurer la préservation des domaines publics c’est-à-dire des domaines qui relèvent des réserves administratives.

L’inconscience des comités communaux et locaux de lotissement mise en index

Le bradage des domaines publics a longtemps été un sport favori pour certains élus locaux et communaux. Le scandale des 39 hectares dans la Commune d’Abomey-Calavi reste le triste fléau illustratif de ce phénomène récurrent dans nos Communes. Des élus, censés veiller à la sauvegarde de ces patrimoines immobiliers publics, en font quasiment un bien personnel qu’ils liquident à tout éventuel acquéreur, s’ils n’en font préalablement un gâteau à se partager entre eux. La conséquence de ce crime immobilier odieux, est la non-disponibilité, en cas de besoin, de domaines pour abriter l’érection des infrastructures sociocommunautaires au profit des populations. Au cours de sa tournée nationale de reddition de comptes qu’il a entreprise courant novembre-décembre 2020 et janvier 2021, le chef de l’Etat, Patrice Talon, a confessé, non sans regret, aux populations de la Commune d’Abomey-Calavi, l’incapacité de l’Etat à insérer Godomey dans la liste des arrondissements retenus pour bénéficier du programme de construction des marchés par faute de disponibilité de domaine pour abriter cette importante infrastructure. Des exemples de cette triste réalité, corollaire de l’inconscience des comités de lotissement, sont malheureusement légions dans les collectivités territoriales. Ce qui fait perdre aux masses laborieuses, le bénéfice des infrastructures telles que les centres de santé, les commissariats, les centres de promotion sociale, les marchés, les aires de jeux etc. Il était temps que le gouvernement siffle la fin de la récréation face au triste fléau de bradage des réserves administratives qui est pratiquement devenu une filière pour certains élus locaux et communaux.

Gabin Goubiyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite