LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Offensive béninoise pour la restitution générale des trésors royaux : L’emblématique sculpture du dieu Gou revendiquée

0 45

(Le ministre Abimbola annonce les couleurs)

Le Bénin n’entend pas rester camper sur l’obtention des 26 œuvres d’art qui fouleront mi-novembre leur terre natale. Hier  mercredi 27 octobre 2021, sur Rfi, le ministre du Tourisme, de la culture et des arts, Jean-Michel Abimbola a réclamé l’emblématique sculpture du dieu Gou.

« Nous avons réclamé cette pièce emblématique. Nous continuons de discuter avec la partie française et nous ne désespérons pas que nous trouverons dans les prochains mois, dans les prochaines années par seulement pour le dieu Gou y compris pour d’autres pièces », a fait savoir le ministre du Tourisme, de la culture et des arts. C’est sur cette statue de fer martelé réalisée vers 1858 par Ekplékendo Akati à Abomey et  emportée par les troupes coloniales françaises que se portera les prochaines négociations diplomatiques du Bénin afin de parvenir au retour général des œuvres.  Se contenter des 26 trésors royaux n’est pas le vœu des Béninois. Insatisfaits, ils réclament d’avancer vers une restitution globale. D’ailleurs, ce sont les Français qui ont choisi le nombre à restituer. « Vous savez bien qu’il ne s’agit pas de 26 œuvres ou 30 œuvres ou 50 œuvres, nous sommes bien au-delà. Mais nous irons de façon intelligente avec nos partenaires français. Après avoir discuté ensemble, je crois que nous pourrions poursuivre évidemment cette politique », a rappelé Jean-Michel Abimbola avant de préciser : « Nous n’avions pas formulé de façon spécifique la demande de restitution pour les 26 œuvres. Nous avons formulé une demande de portée générale. Nous avons réclamé, nous avons souhaité et ça a été acté dans le programme de travail commun un inventaire pour que nous soyons de part et d’autre mieux informés et voir comment nous pouvons programmer la poursuite de cette coopération. »

Le dieu Ogou : une sculpture de controverse

La  restitution de la sculpture du dieu  Gou qui logée aujourd’hui au Musée du Louvre, Pavillon des Sessions, n’est pas encore à l’ordre du jour en France. En effet, depuis le rapport Savoy-Sarr,  les demandes de réclamations des œuvres se sont multipliées. Le Bénin avait réclamé son dieu de fer, mais la France ne lui a  pas fait droit.  A titre illustratif,  parmi les 26 œuvres en cours de restitution, il n’y figure pas.  A suivre l’ancien président du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac, Stéphane Martin, le Bénin ne peut se prévaloir du titre de propriété sur cet art.  « Les Béninois envisagent de nous la (statue du dieu Gou Ndrl) demander. Or, cette statue avait été réalisée par un sculpteur d’un pays voisin du royaume d’Abomey fait prisonnier, abandonnée sur une plage, ramenée par un navigateur français. Elle a passé 150 ans au Louvre et est devenue une icône dessinée et décrite par Picasso et Apollinaire », a-t-il expliqué au journal  ‘’Le Monde‘’ en février 2020. Selon l’histoire, la statue a été réalisée par un sculpteur d’un pays voisin du royaume d’Abomey, à partir de ferrailles d’origine européenne pour commémorer la mémoire du roi Glèlè. D’une hauteur de 178 cm et d’un poids  estimé entre 100 et 150 kg, le chef-d’œuvre dont le côté symbolique est comparable à l’armure de Jeanne d’Arc, incarne le dieu  Vodoun  de la guerre, de la forge et du fer.

Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite