LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Microfinance et autonomisation économique de la Femme : Les succès du Bénin inspirent le Congo

0 23

Ines Néfer Bertille Ingani, Ministre congolaise chargée de la promotion de la Femme, de l’intégration de la Femme au Développement est en visite de travail au Bénin depuis le week-end écoulé. Elle a été reçue en audience dans la matinée de ce lundi 22 Novembre 2021 par son homologue Véronique Tognifodé, puis effectué des descentes sur le terrain pour apprécier ce qui se fait au Bénin en matière d’autonomisation économique de la femme. Visiblement, elle est séduite par l’expérience du Bénin.  

Le travail de fond que fait le Bénin pour l’autonomisation économique et la protection des droits de la femme font écho dans d’autres  pays africain. La République du Congo veut s’en inspirer pour mieux peaufiner son mécanisme en cours de montage. C’est l’objectif du séjour au Bénin de la Ministre congolaise chargée de la promotion de la femme.  A Cotonou, elle a échangé avec la Ministre sur les expériences du Bénin en matière de microfinance et de la promotion de la Femme.  A sa sortie de son audience avec son homologue du Bénin, la Ministre Ingani, est revenue sur l’objectif de sa mission et ses premières impressions après les échanges : « Nous remercions la Ministre des Affaires Sociales et de la Microfinance qui a accepté de nous recevoir. L’objectif de notre visite au Bénin, c’est d’abord le partage d’expériences. Nous sommes venus nous enquérir de votre expérience en matière de microfinance. Votre population est composée d’un peu plus de 52% de femmes. En tant que Ministre de la promotion de la Femme et de l’intégration de la Femme au développement, mon rôle est de mettre dans ma gibecière, toutes les possibilités pour améliorer les conditions de la femme mais aussi et surtout, l’autonomisation économique de la Femme en République du Congo. La République du Congo a ratifié des conventions avec l’Onu tendant à améliorer l’autonomisation de la Femme. Nous avons commencé par les niveaux les plus bas ; c’est-à-dire les caisses féminines qui n’ont pas eu vraiment d’impacts. Et nous voulons évoluer. C’est pourquoi le Gouvernement de la République du Congo a mis en place le Fonds d’Appui aux Activités Génératrices de Revenus qui est encore en cours d’adoption au niveau du Conseil des Ministres. Pour cela, il fallait que nous nous assurons des mécanismes que nous allons mettre en place pour la réussite de ce Fonds d’Appui qui a déjà des promesses avec des partenaires multilatéraux. Nous sommes venus nous enquérir de votre expérience sur la mise en place de la microfinance, surtout que c’est de manière digitale ; ce qui est très intéressant. Cela permet aussi l’identification de toutes les personnes bénéficiaires ».

Toucher du doigt la réalité sur le terrain

Après l’audience, les deux Ministres se sont rendues au siège du Fonds National de la Microfinance ( Fnm) où Inès Nefer Bertille INGANI a eu droit à une visite-guidée des installations qui permettent le fonctionnement technique des opérations du Microcrédit Alafia. Cap a été mis ensuite sur le marché Vèdoko où les femmes bénéficiaires du microcrédit Alafia ont témoigné des facilités dont elles bénéficient dans le processus d’octroi du microcrédit Alafia.

Ici encore, la Ministre Ingani, très émue de cette belle expérience du Bénin en matière de microfinance et surtout de son caractère social qui favorise l’autonomisation économique de la Femme, a dit sa satisfaction. Au siège du Système Financier Décentralisé ( Sfd) dénommé Alidé, un partenaire du Fnm dans la mise en œuvre du microcrédit Alafia, il a été présenté à la délégation congolaise le mécanisme du faire-faire et surtout du suivi au niveau des Sfd pour avoir des taux très satisfaisants de remboursement. « Pour cette première partie, ce que nous pouvons retenir de ces descentes, c’est surtout l’aspect organisation. Les verrous ont été mis de telle sorte que les bénéficiaires de microcrédits ne puissent pas dérailler. L’aspect psychologie, l’aspect social, l’aspect formation…tout est mis en place pour que sa marche bien », a confié la Ministre congolaise à la presse après sa descente sur le terrain.

Pour elle, la moisson est bonne pour enrichir ce qui est en cours de préparation au Congo : « C’est tout cela qui va nous permettre de mettre dans notre gibecière, des informations suffisantes pour pouvoir aussi, de notre côté, regarder si quelques orientations peuvent améliorer notre fonds à nous, qu’est le Fonds d’appui aux activités génératrices des femmes. ».

La protection juridique de la Femme béninoise fait école 

Au Bénin, le Gouvernement ne travaille pas que pour une autonomisation économique de la Femme. Un arsenal juridique existe également pour protéger la femme. La délégation congolaise conduite par la Ministre en charge de la Promotion de la Femme s’est également imprégnée des récentes lois votées par le Bénin et en attente de promulgation pour la protection de la femme et la santé sexuelle et reproductive. Pout cet exercice, c’est la Ministre Véronique Tognifodé a invité la Présidente de l’Institut National de la femme, Claudine Prudencio qui a pris part également à la séance. Les deux personnalités ont expliqué d’où est parti le Bénin pour en arriver à ses innovations juridiques et surtout l’objectif final visé par le Gouvernement. La Ministre Inès Nefer Bertille Ingani a apprécié ces réformes en cours au Bénin et salué le travail qui se fait pour l’autonomisation et la sécurisation juridique de la Femme au Bénin. Pour elle, l’expérience béninoise est une référence et doit forcément faire école. Elle a dit avoir pris bonne note.

Félicien Fangnon

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite