LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Lancement de commercialisation du coton graine à N’Dali au titre de la campagne 2021-2022 : L’Aic annonce des ambitions haussières de production

0 174

(766035 tonnes, soit 4,8% d’accroissement envisagé)

Le top de la commercialisation du coton graine au titre de la campagne 2021-2022 a été donné hier, jeudi 11 novembre 2021, à N’Dali dans le département du Borgou. C’est à travers une cérémonie qui a connu la présence des ministres de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston Dossouhoui, et celle de l’industrie et du commerce Shadiya Alimatou Assouman.

La campagne cotonnière 2021-2022 s’annonce prometteuse. C’est du moins ce qu’il convient de retenir des différentes allocutions prononcées hier, lors de la cérémonie de lancement de ladite compagne. En effet, un nouveau pari a été pris à N’Dali qui a abrité cette cérémonie. Un choix qui n’est pas anodin mais qui se justifie par les performances salutaires enregistrées au niveau de cette commune, dont la contribution à la production cotonnière au plan national est loin d’être négligeable. Un motif de fierté pour le maire de la commune Daouda Saka Méré qui ne manquera de souligner dans son mot de bienvenue que « l’événement qui nous réunit ce jour, constitue un grand motif  de joie toute particulière, car il touche un sujet qui occupe une position majeure pour le développement de notre pays, à travers les choix stratégiques qui sont faits au niveau national en général et celui de la commune de N’Dali en particulier ». Abondant dans le même sens, le préfet du Borgou, va décerner un satisfécit à la commune de N’Dali classée au quatrième rang des communes productrices de coton. Pour Djibril Mama Cissé « Le choix porté sur N’Dali, commune semencière par excellence, est un honneur fait à tous les braves producteurs de coton du département du Borgou ». Dans un sursaut de fierté, le préfet ajoutera qu’il « constitue un témoignage de la reconnaissance de notre statut (ndlr Borgou) de deuxième producteur de coton du Bénin ».

Une production record annoncée

Depuis quelques années, le Bénin tient le haut du pavé au plan continental, pour ce qui est de la production cotonnière. Cette performance est le résultat de la politique fignolée mise en place par le gouvernement dans le secteur. Une politique dont l’un des bras opérationnel est l’Association Interprofessionnelle du coton dont le président Mathieu Adjovi, a affiché toute la détermination de cette structure de maintenir le cap. Après avoir fait le point des dispositions prises pour un démarrage sans anicroche de la commercialisation du coton graine, l’homme va annoncer les perspectives pour la filière au titre de la campagne en cours. « La campagne cotonnière 2021-2022 s’est globalement bien déroulée. La pluviométrie, dans l’ensemble, n’a pas été capricieuse. Nos prévisions n’ont pas été mises à mal pour autant. A cet effet, il est à espérer que la production tourne autour de 766 035 tonnes de coton graine. C’est un accroissement de 4,8% par rapport à la performance de la dernière campagne qui a été de 731 073 tonnes » at-il laissé entendre. Le ministre de l’agriculture ne cachera pas sa joie à l’annonce de ces provisions. Pour Gaston Dossouhoui « …chaque campagne nous rapproche un peu plus de notre objectif de production d’un million de tonnes de coton graine d’ici à la fin de la campagne 2023-2024 ». Aux acteurs du coton, égreneurs et transporteurs, le ministre ne manquera d’adresser des mots d’encouragement tout en les appelant à faire face au défi de  dépasser les anciennes performances pour conforter le Bénin dans sa position de premier producteur de coton en Afrique. Cette invite sera également celle du ministre de l’industrie et du commerce pour qui tout est fin prêt pour une campagne réussie. Elle invitera cependant  les Coopératives villageoises de producteurs de coton (Cvpc) à conduire les opérations de commercialisation dans les règles de l’art.

Gabin Goubiyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite