LE MATINAL
Actualités Politique

Jacques Ayadji à propos des violences préélectorales: « Vous ne pouvez pas être armés et demander de dialoguer »

«  Vous ne pouvez pas être armés et demander à un Etat sérieux de dialoguer avec vous, vous ne pouvez pas recruter des badauds pour tout casser et demander à un Etat sérieux de dialoguer avec vous ». C’est l’un des principaux messages  que Jacques Ayadji, président du Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), a fait  passer sur l’émission “Ma part de vérité” de  Golfe Tv, dimanche 25 avril 2021. Responsable de l’un des partis politiques qui ont travaillé à la victoire du duo Talon-Talata lors de la Présidentielle du 11 avril dernier, Jacques Ayadji a par ailleurs donné sa lecture des violences qui ont émaillé le processus électoral. « Lorsque certaines personnes disent que des décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (Cadhp) demandant la suspension du processus électoral ne sont pas respectées, est-ce cohérent que ces mêmes personnes passent par derrière pour se conformer au Code électoral qui encadre ledit processus ? », s’est-il interrogé. Il dénonçait ainsi le comportement de l’opposition, qui au lieu de négocier les parrainages des élus pour participer à l’élection présidentielle, a passé son temps à critiquer le pouvoir en place avant de crier à l’exclusion comme en 2019, lors des Législatives. Pour le président de Moele-Bénin,  « si en dépit du climat de peur que certaines personnes ont voulu instaurer, si malgré l’absence de l’argent dans la campagne électorale, 50% de votants ont participé au scrutin, c’est un succès ». Au sujet des violences, Jacques Ayadji n’a pas hésité à situer les responsabilités. « Même si on suppose que ce ne sont pas ces personnes qui ont commandité ces casses, elles auraient pu faire en sorte de les empêcher. A défaut, elles auraient pu réagir pour se démarquer. Je n’ai pas encore noté une réaction de cette classe politique pour dénoncer ce qui s’est passé à Bantè, à Tchaourou et ailleurs. Ce n’est pas bien pour la République », a-t-il dénoncé. Avant d’ajouter : « Je ne suis pas adepte des arrestations, mais lorsque vous prenez des risques vous devez assumer toutes les responsabilités qui vont avec ».

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

LIRE ASSI :  Présidentielle du 11 avril 2021 ; Sinendé prête à soutenir la candidature de Talon

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Covid-19 au Bénin : 1694 cas confirmés, 918 guérisons et 34 décès

LA REDACTION

Lutte contre les effets du Covid-19 : Le gouvernement débloque plus de 74 milliards pour le social

LA REDACTION

Tournée présidentielle : 60 Communes parcourues, les 17 villes restantes sillonnées en janvier

LA REDACTION

Leave a Comment

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils