LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Gilles Gohy, sociologue : « La rupture d’avec le passé a le vent en poupe »

0

Sociologue, politologue et statisticien démographe et ancien directeur adjoint du cabinet du ministre de la communication et de la poste, le Professeur Gilles Gohy salue la dynamique de développement que le chef de l’Etat, Patrice Talon tente d’imprimer au Bénin depuis son accession au pouvoir. Pour lui, le Bénin est mieux gouverné et se porte bien en dépit de la conjoncture économique mondiale induite de la crise de Covid-19 et la guerre russo-ukrainienne. Lisez ses propos.

Le Matinal : Depuis le 23 mai 2021, le chef de l’État a amorcé son deuxième mandat à la tête du pays. Qu’est-ce qui a concrètement changé depuis ce temps selon vous?

Gilles Gohy : (Sourire) J’ai déjà tellement répondu à cette question que je suis à l’aise pour vous répondre encore ceci : ‘’Comme tout le monde je constate aisément, tout a changé au Bénin depuis 2016, avec l’accession au pouvoir d’Etat du président patrice Talon’’. La rupture d’avec le passé a donc le vent en poupe et se déploie vaillamment, malgré les vicissitudes du temps qui n’épargnent aucun pays. Si par hasard, vous identifiez un domaine sans changement au Bénin, veuillez bien me le signaler et on en parlera.

Lors de son investiture, le président Talon a fait la promesse de faire du second quinquennat, un mandat hautement social. Avez-vous perçu les signes de cette ambition dans la gouvernance des affaires publiques? Si oui lesquels?

Loin d’être une ambition, donc chimérique, c’est une promesse ferme du Président Patrice Talon qui en a promptement commencé la mise en œuvre, malgré la pernicieuse Covid-19 déjà présente au Bénin, dès le lendemain de sa prestation de serment où j’étais résolument ! Les projets en cours ont vaillamment continué d’avancer avec allégresse, au grand désarroi des oiseaux de mauvais augure. De sorte qu’il n’y a encore aucun éléphant blanc sous la gouvernance du Président Patrice Talon, et il n’y en aura pas. De nombreuses mesures d’atténuation des impacts négatifs potentiels de la conjoncture économique mondiale très difficile sur les communautés béninoises ont été prises. Il serait fastidieux et parfaitement inutile de les citer ici. La principale référence-phare à citer est le nouveau Code des impôts bourré d’exonérations fiscales hautement significatives pour les individus et les entreprises. La volonté du Chef de l’État affichée d’augmenter le Smig et les salaires est actuellement ralentie dans sa mise en œuvre par l’opération militaire stratégique entre la Russie et l’Ukraine. Cette situation qui a chamboulé tout le monde entier, a d’emblée faussé toutes les prévisions économiques et financières du Bénin. Notre pays est d’office obligé, à son corps défendant, de différer la mise en œuvre rapide de cette amélioration salariale pour la fin de l’année 2022.

Comment appréciez-vous la gestion de la cherté de la vie par le gouvernement ?

Cette cherté essentiellement due à des causes exogènes au Bénin, en a profondément bouleversé la vie et la structure sociale, à tel point que plus rien ne sera jamais comme avant. La stratégie avancée utilisée par le gouvernement pour aller au-devant des populations, comme nous le faisions au ministère de la communication et de la poste, me semble donc la mieux appropriée pour juguler la situation devant la pernicieuse ‘’infodémie’’ ambiante. Les intoxications et malveillances abondantes risquaient d’altérer fortement les efforts que la gouvernance du président Patrice Talon s’échinait à faire, vaillamment, contre vents et marées. En effet, elles tendaient erronément à incriminer cette gouvernance pourtant providentielle pour le Bénin. Il était vraiment nécessaire pour le gouvernement de Patrice Talon toujours préoccupé du bien-être de ses citoyens de réagir. Et ce fut fait de fort belle manière.

 Selon vous, cette gestion a-t-elle eu un impact véritable sur le vécu des populations ?

Bien sûr ! À première audition des uns et des autres, il est possible de répondre par l’affirmative. Comme je n’ai aucune raison de douter de leur sincérité, je les crois de bonne foi. Quel intérêt auraient donc ces adultes à mentir effrontément sur leurs ressentis ? Pour ma part, je les crois suffisamment honnêtes pour être crus et je le fais de bonne foi !

Avec la persistance du Covid-19 et la crise russo-ukrainienne, pensez-vous que le gouvernement pourra atteindre les défis qu’il s’est assigné dans le Pag 2?

C’est qui le gouvernement ? C’est vous, c’est moi, ce sont tous les béninois et béninoises de bonne foi, qui doivent normalement se dire que c’est un enjeu national à gagner. Donc, dans cette œuvre de nécessité nationale à honorer, nul ne devra être de trop, pour juguler cette cherté de la vie au Bénin. Nul ne doit donc attendre les bras croisés que les solutions à cette dramatique situation tombent miraculeusement du ciel, pour que tout le monde en profite joyeusement. Par exemple, au lieu de continuer de rêver au riz étranger (indien, thaïlandais,…), le matin au déjeuner, chacun doit désormais réfléchir à des substitutions conséquentes. La pâte de maïs, autrement traitée par les ingrédients locaux, se substituent très bien et fort valablement, aux croissants et friands à base du blé importé dans la dépendance et l’asservissement permanents. La timide promotion du «  »consommons local » » doit donc nécessairement s’accentuer, mais plus professionnellement.

Votre mot de fin

J’avais toujours espéré que cette vilaine opportunité de la cherté de la vie au bénin soit plutôt la belle opportunité pour le renforcement du sentiment nationaliste béninois, pour permettre à tous les béninois d’être davantage patriotes. Face aux propos désobligeants et déstabilisateurs qui incitaient grossièrement à «  »mettre les routes en berne » », j’ai le faible de penser que ces arguties, loin de décourager les bonnes personnes du Bénin, devraient plutôt nous galvaniser tous à l’œuvre de développement du Bénin résolument entamée par la gouvernance du président Patrice Talon depuis 2016. C’est ce que j’ai encore pensé !

Propos recueillis par Gabin Goubiyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum