LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Gestion déléguée de la Sbee : Une option méliorative de performances

0

Le travail du gouvernement qui a consisté à rendre plus  performante la  Société béninoise d’énergie électrique (Sbee), ne s’est pas arrêté sur la mise en exécution du Contrat-plan. A la suite d’un diagnostic pertinent, l’Exécutif  béninois a découvert que la mise en gestion déléguée de la Sbee permettra d’atteindre le bonheur recherché.

Installation des membres du comité de suivi

Le gouvernement de la rupture, en prenant l’option de la gestion déléguée,  n’a  laissé aucune faille  pour un résultat efficace. Pour être large, en moins  de trois  mois  après l’installation  de l’équipe de Jacques Paradis, les  membres du comité de suivi et de contrôle ont été installés dans leurs fonctions. C’était  le mercredi 15 janvier 2020 dans la  salle de conférence du ministère de l’Energie  que s’est déroulée la cérémonie  sous la présidence  du ministre Dona Jean-Claude Houssou, en présence des Coordonnateurs du Mca-Bénin2, du Millénium challenge corporation et du personnel de la Sbee. Tout  d’abord, les activités ont démarré par une mise en condition officiée par le directeur de cabinet du Ministre de l’énergie, Armand Dakéhoun. Afin de rappeler le contexte de la cérémonie,  il a procédé à la présentation des décrets relatifs à la mise en place du Comité de suivi et de contrôle et la vérification de la présence effective de ses membres. Il  a été suivi par le Numéro 1 de l’énergie au Bénin qui, en prenant la parole,    a félicité les membres pour leur nommination.  Pour lui,  cette cérémonie vient donner la preuve que le gouvernement du Nouveau départ a rompu avec l’une des pratiques de l’ancien régime qui consiste à mener des projets sensibles dans l’improvisation. «Tout ce travail qui a été fait avec méthode et discernement  nous amène tout droit vers la transformation, non plus un essai, mais une détermination d’un gouvernement qui veut changer les choses et particulièrement dans le secteur de l’énergie», a-t-il fait savoir. A le suivre, la vision du chef de l’État est d’asseoir une bonne gouvernance à la Sbee.Cette  gouvernance passe par la qualité des hommes et femmes qui doivent diriger l’entreprise  et aussi par le courage que doivent avoir leurs dirigeants pour réformer profondément pour que les changements attendus soient au rendez-vous durablement. C’est donc un défi que chacun se doit de relever. Alain Hinkati, le président du comité en est bien conscient.  Dans son discours, il a  laissé  entendre  que  son équipe et lui, sont face à un véritable défi, puisqu’il s’agit de contribuer à l’amélioration des performances dans un secteur qui est véritablement vital pour l’économie de notre pays, l’énergie. «C’est un secteur important et le gouvernement a compris la nécessité de réformer la Sbee», a-t-il justifié.Pour lui, il est important pour le gouvernement de s’assurer que le cahier de charges confié au gestionnaire dans le cadre de la gestion déléguée soit bien exécuté. Et c’est d’ailleurs en cela que son équipe sera utile. «C’est tout le sens de l’intérêt de la mission qui a été confiée au Comité de suivi et de contrôle», a-t-il reconnu. En conclusion, le président du comité a pris l’engagement,  au nom  de son équipe, à s’employer à relever  le défi. Ce sera à ce prix  que les ambitions du gouvernement par rapport pour le secteur et  ses attentes  par rapport aux performances de la Sbee après les 04 ans,  montreront que  la réforme n’était pas une aventure, mais une vision réelle.

La révision des  conditions tarifaires de la Sbee

 La révision des conditions tarifaires de la Sbee n’a pas été opérée sur un  coup de tête.  Cela a pris par un processus bien élaboré. Se conformant  aux textes de loi en vigueur, la Sbee a soumis un dossier présentant le bilan de ses activités sur la période 2016 -2018 et son appréciation des conditions tarifaires actuellement en

vigueur, suivi d’une requête d’ajustement tarifaire en vue d’améliorer son équilibre financier à l’Autorité de régulation de l’électricité. En effet,  l’activité de régulation du secteur de l’énergie électrique est confiée à une institution indépendante et autonome dénommée autorité de régulation, dont les attributions, l’organisation et le fonctionnement sont fixés par décret pris en Conseil des ministres.« Dans l’exercice de ses missions, l’Are est chargée de donner un avis sur les grilles tarifaires avant leur approbation et publication par l’Etat et veiller à leur application. Le 21 juin 2013, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) a pris la Directive C/Dir/1/06/13 sur l’organisation du marché régional de l’électricité qui dispose en son article 10, alinéas 1 et 2 : «Afin d’assurer le bon fonctionnement du marché régional, les États membres sont chargés de mettre en place une autorité de régulation indépendante quand elle n’existe pas ; les pouvoirs des régulateurs nationaux doivent inclure la surveillance du marché et la fixation des tarifs.» L’article 11, alinéa 1er de cette Directive précise : «Les États membres prennent toutes les mesures nécessaires pour se conformer à la présente Directive et mettent en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour donner effet à la présente Directive au plus tard vingt quatre (24) mois après son entrée en vigueur. » Pour se conformer à ce texte, le gouvernement du Bénin a pris le décret n°2015-074 du 27 février 2015 portant modification des articles 3, 8, 18 et 19 du décret n° 2009-182 du 13 mai 2009 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Autorité de régulation de l’électricité dont l’article 3 nouveau, 12ème tiret dispose : Au lieu de : « donne un avis sur les grilles tarifaires avant leur approbation et publication par l’Etat et veiller à leur application » parle d’ « approuver les grilles tarifaires avant leur publication par l’Etat et veiller à leur application ». En réponse à la demande de la Sbee, l’Are  a organisé une consultation publique, fait  une analyse du bilan présenté par la Sbee ainsi qu’ à  l’évaluation de l’impact des conditions tarifaires de la période 2016 -2018. Également, elle a fait le point d’exécution du Contrat plan signé entre la Sbee et l’Etat pour la période 2016 -2019  et a mis en place une méthodologie pour réviser les conditions tarifaires actuelles de la Sbee.

Bienvenue Agbassagan

(Suite dans la prochaine parution)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite