LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Fondamentaux de la production cinématographique: Canal+ aguerrit des cinéastes béninois

0

Le montage de dossiers de projets de qualité, la recherche de financement pour produire un film, la production et la coproduction internationale par des cinéastes béninois préoccupent Canal+ Bénin et Canal+ University. En vue de prouver son engagement pour le cinéma béninois, un atelier de formation a été organisé du 11 au 22 juillet 2022 à Cotonou à l’endroit d’aspirants producteurs. Après les deux semaines d’intenses moments de partage et d’apprentissage, une séance de restitution suivie de la remise de parchemins a été organisée le vendredi 22 juillet 2022 en présence de la directrice générale de Canal+ Bénin, Yacine Alao.

Canal+ est toujours engagé pour le développement du cinéma béninois. Du 11 au 22 juillet 2022 à Cotonou, 13 cinéastes ont été formés sur les fondamentaux de la production cinématographique à savoir le montage de dossiers de projets de qualité et la recherche de financement pour produire un film. Avant d’entrer en possession de leurs parchemins, ils ont chacun présenté leurs projets  devant le comité de direction de Canal+ Bénin et de hauts responsables de Canal+ international dont la directrice des acquisitions et des coproductions de fictions chez A+, Cleli Azokpota et la responsable production fictions de Canal international, Cécile Gerardin qui étaient en visioconférence. L’exercice vise à capter l’attention de ces derniers et de les convaincre en vue d’un éventuel préachat ou d’un partenariat de coproduction ou de diffusion. D’après la directrice générale de Canal+ Bénin qui a suivi de bout en bout la séance le vendredi 22 juillet 2022 à Bluezone de Zongo, il est certes bien d’être un super scénariste et réalisateur, mais il est encore mieux d’avoir un excellent directeur de production, de disposer d’un département de production bien cadré pour la rédaction et la gestion des projets, la recherche de financement… Raison pour laquelle avec l’appui de Canal+ University et sous la supervision du producteur béninois, Faissol Gnonlonfoun, cet atelier a été organisé par la filiale béninoise du groupe français de télévision. « Nous avons eu la chance durant les deux semaines d’avoir Monsieur Faissol Gnonlonfin qui a produit plusieurs longs métrages, séries notamment des séries créations originales de Canal+. Il est venu former 13 jeunes aspirants ou producteurs pour leur partager tous les secrets du métier de la production », a confié Yacine Alao. Tout en se réjouissant de l’issue de la formation qui est une première, elle est plus que jamais convaincue qu’il y a du potentiel au Bénin. « J’avais l’ambition avec cette formation qu’on puisse avoir des projets qui nous permettent d’avoir plus de présence d’histoires béninoises sur les antennes de Canal+. Avec le potentiel que j’ai vu aujourd’hui, cela sera une réalité très bientôt. Nous allons pouvoir satisfaire nos abonnés qui nous disent qu’il y a parfois beaucoup de productions de qualité certes, mais qu’ils aimeraient voir les séries béninoises à l’écran. Grâce à cette formation et dans un avenir très proche, cette volonté va se concrétiser avec de grands projets de longs-métrages, de séries, de reportages et de documentaires », a laissé entendre la Dg de Canal+ Bénin. La balle est donc dans le camp des récipiendaires qui doivent après cette formation retrousser leurs manches et aller chercher du financement auprès de diffuseurs, de partenaires internationaux pour concrétiser leurs projets.

Des séries béninoises bientôt sur les antennes de Canal+

Faissol Gnonlonfin qui sera le mentor des 13 récipiendaires, a rassuré avoir mis les rudiments nécessaires à leur disposition pour relever le défi de la présence des films béninois sur les antennes de Canal+ et autres chaînes internationales. « Durant les deux semaines, nous avons échangé sur la gestion et la création de société, le montage de dossiers, devis et plans de financement, la crédibilité d’une note de production…Nous avons parcouru tous les aspects de la production en vue de préparer des dossiers qui seront éligibles aux plans national et international », a-t-il informé. Des dossiers défendus par les 13 cinéastes devant le comité de direction de Canal+ Bénin et de Canal+ International, Faissol Gnonlonfin a certifié que de merveilleuses œuvres en seront issues dans un futur proche. « Je produis et je travaille sur plusieurs projets à l’international qui passent sur les antennes Canal+, Tv5 monde et des chaînes de classe A françaises, mais j’ai trouvé au cours de cette formation, des compatriotes qui portent des projets d’envergure internationale. Cela me fait plaisir parce que je ne serai plus seul. Il y aura d’autres jeunes producteurs béninois qui seront sur la scène internationale avec des fictions longs-métrages et des séries de tout type. Chacun d’eux porte des projets à vision internationale comme par exemple une mini-série de 256 épisodes de 5 minutes, 3 séries dont 2 de 26 minutes et 2 autres séries de 8 fois 52 minutes. On pourrait solliciter l’apport de Canal + sur ces deux dernières pour qu’elles puissent passer à l’écran. Il ne reste qu’à travailler l’écriture des projets, leur montage pour qu’ils soient éligibles dans les commissions pour que d’ici un an et demi voire deux ans, on puisse les voir sur les antennes de Canal+ », a fait savoir le mentor.

Impressions d’une cinéaste après la formation

Udvance Wèkè, actrice-cinéma : « On fera en sorte que d’ici 2024 voire 2025, on puisse avoir des séries, de longs-métrages…d’origines béninoises »

« J’ai eu la chance de faire des formations de scénariste. J’ai réalisé deux courts-métrages et une mini-série avec d’autres filles que j’ai rencontrées durant le dernier festival Lagunimages au Bénin. Aujourd’hui, j’ai eu la chance de finir la formation de deux semaines avec Monsieur Faissol Gnonlonfin sur les fondamentaux de la production. Une formation très riche et très dense. Si on devrait la payer dans une école ou en ligne, c’est du lourd. Je suis heureuse parce que Canal+ nous a fait l’honneur de faire venir Monsieur Gnonlonfin et de mettre en ligne les responsables pour nous écouter, ce qui est déjà un bon pas parce que nous allons nous mettre au travail dès aujourd’hui. On fera en sorte que d’ici 2024 voire 2025, on puisse avoir des séries, des émissions, de longs-métrages ou des documentaires d’origine béninoise. Je porte un projet intitulé « L’Agence Xxl » qui évoque la prostitution. Il ne s’agit pas de la critiquer mais d’y apporter un regard extérieur réel et vrai car nous sommes tous confrontés à cela. On a des femmes au foyer, des étudiantes, collégiennes et élèves qui le font. Comment sont-elles approchées, recrutées, formées ? Quels sont les dangers qui sont derrière ? Autant de questions qui trouvent réponses dans l’œuvre. Pour nous, la meilleure façon d’éduquer une personne, c’est de lui présenter ce qui est et de le laisser faire un choix. L’Agence Xxl va permettre à tout le monde de discuter dans sa lumière face à sa télévision sur chacun des personnages qui va défiler dans cette œuvre cinématographique et de se demander : et si c’était moi, qu’aurais-je fais ? …».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum