LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Fin du Precie dans le Borgou et l’Alibori : 9945 actes de naissance sécurisés distribués grâce à Educo et l’Ue

0

Le Projet de renforcement du droit à l’état civil des enfants (Precie) des départements du Borgou et de l’Alibori mis en œuvre par Educo-Bénin sur financement de l’Union européenne est à son terme. Pour boucler les activités, le Comité de pilotage a tenu ses assises à Cotonou, le vendredi 24 juin 2022. Le présent atelier vise à faire le tour d’horizon des résultats phares obtenus, du niveau d’atteinte des indicateurs définis en début de projet et d’insister sur le mécanisme de durabilité à renforcer afin de pérenniser les acquis du projet sur le terrain. Globalement, sur environ 10 000 enfants recensés grâce audit Projet, 9945 actes de naissance sécurisés ont été distribués dans les 6 Communes.

Stop et fin pour le Projet de renforcement du droit à l’état civil des enfants (Precie) des départements du Borgou et de l’Alibori. Après deux années d’exécution, le Comité de pilotage s’est réuni à Cotonou pour l’exercice du bilan. Le temps d’une matinée, les performances ont été passées en revue pour apprécier l’impact du Projet. D’après le chargé du Precie Abdoul Nomma, 9945 actes de naissance sécurisés ont été distribués sur environ 10 000 enfants recensés. Mais avant la réforme de l’état civil pilotée par l’Agence nationale d’identification des personnes (Anip), 99 000 actes de naissance ordinaires en souffrance ont été identifiés dans les 6 Communes du Borgou et de l’Alibori. Une opération spéciale de leur distribution a été organisée. Pour atteindre les résultats présentés, plusieurs activités ont été menées. Au nombre de celles-ci, figurent l’identification et la formation de 606 relais communautaires dans 306 villages d’intervention pour sensibiliser les parents sur l’importance de l’acte de naissance et renforcer leurs connaissances sur les procédures liées à son obtention. Dans ce cadre, un remerciement particulier a été adressé à l’Anip sans laquelle cette performance ne saurait être une réalité. Pour le Directeur exécutif de Educo-Bénin, en lançant le 25 février 2020 le Precie à Malanville, c’est tout un rêve qui était porté. Il s’agissait de contribuer à la promotion et à la protection du droit des enfants à l’amélioration de leur jouissance du droit à la vie et à une identité. « Presque deux ans et demi après, nous voici au soir de la mise en œuvre de ce projet », a-t-il fièrement déclaré. Il a souligné que « malgré les difficultés liées au Coronavirus deux mois après son lancement et les réformes constantes intervenues dans le secteur de l’état civil qui ont nécessité des réajustements dudit Projet, d’importants résultats à l’actif de tout le monde ont pu être atteints ». Entre autres, a-t-il souligné, le Precie aura permis d’interagir aussi bien avec les acteurs institutionnels qu’opérationnels à divers niveaux en vue d’accroître l’établissement et le retrait des actes de naissance notamment dans les Communes les plus enclavées des zones d’intervention de Educo-Bénin. Pour finir, Souleymane Ouédraogo a émis le vœu que le partenariat entre les divers acteurs du Precie se renforce davantage pour qu’ensemble, des solutions innovantes et adaptées puissent être apportées pour relever les défis de l’éducation et de la protection des enfants.

L’intérêt de l’Ue à financer le Precie

A sa suite, le chargé de programme Sécurité, justice et droits de l’homme de la Délégation de l’Union européenne a rappelé l’intérêt de son institution à financer le Precie. « Si on prend en considération la phase précédente à l’entame des activités, Precie se veut être un des premiers projets considérés dans un appel à propositions auquel 400 propositions ont été soumises. On n’avait donc aucun doute par rapport à la qualité de la proposition. Cela a été confirmé par la suite par la performance du Projet à partir de Educo, de ses associés et des bénéficiaires », s’est réjoui Alessandro Tedesco. Selon ses dires, le Bénin passera en début de l’année 2023, son 4ème examen périodique universel en Conseil des droits de l’homme à Genève. « L’Etat de droit est certainement un des principaux éléments à considérer parce que la jouissance des droits part de la reconnaissance de la personnalité juridique du citoyen par les autorités. Pas d’acte de naissance, pas de jouissance de droits », va-t-il conclure tout en réitérant la disponibilité de l’Ue à accompagner davantage les populations béninoises avec de nouveaux appels à candidatures qui seront lancés régulièrement. Procédant au lancement officiel des travaux de ce Comité de pilotage, le représentant du Directeur de l’état civil, Irené Assouko, a exprimé son satisfecit de la conduite à bon port du partenariat noué avec Educo-Bénin. « Je ne savais pas que le partenariat noué avec Educo devrait nous conduire à bon port et être si fructueux. L’équipe de Educo est une équipe de qualité. Il faut être du domaine pour comprendre ce qui a été réalisé. L’état civil est très vaste mais cette équipe s’est battue pour que nous soyons là ce jour », a-t-il dclaré. Pour ce qui est de la continuité du projet, il a exhorté les représentants de Educo à être plus collés à ceux de l’Union européenne. A l’endroit des maires, Irené Assouko a rappelé le souci de la Dec qui est de renforcer la capacité des élus locaux pour qu’ils s’imprègnent des réalités profondes de l’état civil en pleine réforme.        

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum