24.9 C
Cotonou
vendredi, 25 septembre, 2020
LE MATINAL
Actualités

Effet collatéral du covid-19 : Le maïs plus cher que d’habitude

Le prix du maïs a connu une hausse depuis plusieurs jours au Bénin. Le sac de cette céréale dont le prix oscillait entre 11 mille et 13 mille cinq cent francs cfa est passé désormais à 18 mille francs Cfa au marché Dantokpa.

La hausse du prix du maïs, à en croire les commerçants serait due à la pandémie du coronavirus. « Nous savons déjà qu’au cours du mois d’avril, le prix du maïs s’augmente habituellement. Mais la cause de l’élévation du prix cette fois est due au covid-19, notamment à la mise en place entre temps du cordon sanitaire par le gouvernement. Le transport de Parakou sur Cotonou coûte très cher », a confié le commerçant Emmanuel Kemedon. Des propos soutenus par dame Clémentine Odi pour qui, le transport constitue un véritable problème avec pour conséquence la baisse du chiffre d’affaires des commerçants. « Le transport nous fait 30 mille voire 45 mille francs Cfa. Les transporteurs nous prenaient 1000f voire 1300 francs Cfa sur 1 sac de maïs. Mais maintenant, c’est 1500f », a-t-elle justifié. La hausse du prix sur le marché entraîne selon Paul Kpoton, une réticence de ses clients qui ne s’approvisionnent plus comme avant. « Ceux qui ont l’habitude de prendre 100 sacs, aujourd’hui, ils prennent 50 ou 20 sacs puisque, c’est cher. Ils ne prennent plus beaucoup. Quand le maïs était moins cher, je prenais entre 100 ou 150 sacs. Mais vu la cherté, j’ai baissé aussi ma commande », a souligné ce commerçant qui espère un retour à la normale plus d’une semaine après la levée du cordon sanitaire. A noter que cette situation de surenchère observée au niveau du maïs, céréale très prisée par les béninois et dont la demande est très forte au niveau des ménages ne devrait pas être due au coronavirus puisque la circulation des vivres et des marchandises n’était pas concernée par la mesure du cordon sanitaire. Dans un communiqué en date du 5 mai 2020, la ministre de l’industrie de du commerce mettait en garde les commerçants qui s’amuseront à faire de la spéculation autour des produits de première nécessité tels que le riz, le gari, le maïs, l’huile, le sucre, le savon, la tomate, le mil, le haricot et le bétail qui sont pour l’essentiel des produits locaux.

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

LIRE ASSI :  Kétou : Un arbre d’environ 500 ans tombe et attriste les sages

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Chargement....

Nous utilisons les cookies afin de fournir les services et fonctionnalités proposés sur notre site et afin d’améliorer l’expérience de nos utilisateurs. Les cookies sont des données qui sont téléchargés ou stockés sur votre ordinateur ou sur tout autre appareil. En cliquant sur ”J’accepte”, vous acceptez l’utilisation des cookies. Vous pourrez toujours les désactiver ultérieurement. Si vous supprimez ou désactivez nos cookies, vous pourriez rencontrer des interruptions ou des problèmes d’accès au site." "En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales" "Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique." Accepter Lire la suite

Politique de confidentialité & Politique de Cookies
Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils