LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme : Pourquoi Hountondji, Tamègnon et Cie ont été libérés sous convocation

0 320

Alexandre Hountondji, Joseph Tamègnon et trois (03) autres opposants précédemment placés en détention par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme sont désormais libres de leurs mouvements. Ainsi en a décidé la juridiction spéciale qui a levé dans la soirée d’hier, mercredi 27 octobre 2021, le mandat de dépôt décerné contre les inculpés.

Pour rappel, Alexandre Hountondji, Joseph Tamègnon et autres avaient été interpellés à la suite des violences intervenues pendant la période électorale. Les deux personnalités et d’autres figures de proue de l’opposition, sont notamment suspectées d’être des instigateurs des violences pré-électorales. Après leur arrestation, les inculpés ont été placés sous mandat de dépôt et poursuivis pour terrorisme et atteinte à la sûreté de l’Etat. Plus tard, ces chefs d’accusation ont été requalifiés en ‘’adhésion à une attente en vue de commettre un acte terroriste pour déstabiliser les institutions de la Nation’’. A l’audience du 09 août 2021, les mis en cause ont formulé une demande de mise en liberté provisoire. Cette requête ne va pas prospérer puisqu’elle sera rejetée par le juge. Les inculpés vont comparaître une deuxième fois le lundi 25 octobre 2021, une audience qui va aboutir au renvoi de leur dossier en instruction, le juge en charge du dossier s’étant déclaré incompétent. La mise en liberté des inculpés intervient seulement deux jours après cette dernière audience. L’ancien ministre Alexandre Hountondji et l’ancien Directeur général de la Sogema, Joseph Tamègnon vont donc subséquemment rejoindre leurs familles tout comme trois autres personnes poursuivies pour les mêmes chefs d’accusation. Il s’agit des nommés Tchassenti Ibrahim, de Souza Jean Bosco et Koudjo Emile. A noter que toutes ces personnes sont placées sous convocation.

« Des garanties suffisantes de représentation », un facteur déterminant selon Me Gbago

Joint au téléphone par notre rédaction quelques heures après cette décision, l’avocat des inculpés n’a pas caché son émotion. Maître Barnabé Gbago estime que la moralité de ses clients a été un facteur déterminant dans la mise en liberté dont ils ont bénéficié. « Sur les 09 inculpés qui ont comparu hier le juge d’instruction a confirmé  devant, le procureur spécial qu’il y avait 05 qui offraient des garanties suffisantes de représentation. Je crois que cela a beaucoup milité en faveur de mes clients ». L’avocat qui s’octroie le mérite de cette victoire partielle partage entièrement cette position du ministère public entérinée par le juge des libertés et de la détention à l’issue de l’audience d’hier. « Si vous voyez le profil de mes clients, aucun d’eux n’a jamais été condamné. Pour le docteur Hountondji par exemple, il a près de 70 ans. Il a été ancien ministre, commandeur de l’ordre national. Joseph Tamègnon quant à lui a été officier de l’ordre national. Tout cela, en plus d’autres considérations a fait que le procureur a demandé leur mise en liberté, estimant qu’ils seront en mesure de se présenter à tout moment où la justice aurait besoin d’eux. »

Gabin Goubiyi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite