LE MATINAL
Actualités

Coup de force au Mali : Les exigences de la Cedeao à la junte au pouvoir

Le coup de force au Mali est consommé. Les chefs État de la Cedeao, réunis par visioconférence le vendredi 28 août 2020, ont pris acte de la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta. En revanche, lors de ce sommet extraordinaire, ils ont formulé un certain nombre d’exigences à l’endroit de la junte au pouvoir. Ci-dessous, les décisions prises après des échanges approfondis sur les conclusions et les recommandations formulées par la mission du Médiateur.

La Cedeao
a) prend acte de la décision de démission du Président Ibrahim Boubacar
Keïta comme indiqué par le Médiateur ;

b) se félicite de la libération du président Ibrahim Boubacar Keïta ainsi que celle des autres officiels détenus;

c) rappelle la responsabilité du Cnsp pour la sécurité du président Ibrahim
Boubacar Keïta et des officiels;

d) demande aux Responsables du Cnsp d’engager une transition civile immédiatement en consultation avec la Cour Constitutionnelle et l’ensemble des acteurs et parties prenantes;

LIRE ASSI :  RÉCEPTION D'UN LOT DE MÉDICAMENTS ET DE MASQUES : LE BÉNIN RENFORCE SES MOYENS DE LUTTE CONTRE LE COVID-19

e) Cette transition civile doit prendre en compte les éléments suivants:

i) Nomination d’un président de la transition. Cette personnalité, civile, reconnue pour ses qualités professionnelles et sa probité intellectuelle et morale, sera chargée de diriger la transition. Le président de la transition ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle.

ii) Nomination d’un Premier ministre, chef de gouvernement, également civil, reconnu en outre pour ses qualités professionnelles et sa probité intellectuelle et morale. Il sera chargé de conduire le gouvernement sous la responsabilité du président de la transition. Le Premier ministre ne sera pas candidat à la prochaine élection présidentielle.

iii) Mise en place rapide d’un gouvernement de transition pour faire face aux défis urgents du Mali et, en particulier, préparer les prochaines élections législatives et présidentielles qui pourraient être couplées.

iv) Aucune structure militaire ne devrait être au-dessus du Président de la transition.

v) Cette transition politique ne devrait pas dépasser douze (12) mois;

LIRE ASSI :  CORONAVIRUS AU BENIN : « JE VOUDRAIS NOUS INVITER A LA MISE EN APPLICATION RIGOUREUSE DES MESURES PREVENTIVES RECOMMANDEES » DIXIT LOUIS VLAVONOU

f) dès la mise en oeuvre des décisions contenues au point (f) ci-dessus, les sanctions décidées au point 13 (h) et 13 (i) de la Déclaration des chefs d’Etat et de gouvernement du 20 août 2020 seront progressivement levées. Ce point fera objet d’une évaluation au prochain Sommet ordinaire;

g) appelle à la finalisation urgente d’un accord sur la transition politique entre la Cedeao et le Mali et invite l’Union africaine et les Nations Unies à endosser cet accord;

h) décide de la mise en place d’un Comité de suivi comprenant le
Médiateur, le président du Conseil des ministres et le président de la Commission de la Cedeao, et incluant les représentants de l’Union
africaine et des Nations Unies à Bamako;

i) adresse ses encouragements au peuple malien et réaffirme son engagement à aider le Mali à sortir de cette situation;

j) félicite le Médiateur et sa délégation pour les résultats obtenus lors de leur mission;

LIRE ASSI :  Lutte contre la propagation du covid-19 : Le cordon sanitaire reste en vigueur jusqu'au 10 mai au Bénin

k) remercie le Président Muhammadu Buhari pour l’important soutien logistique accordé à la Médiation de la Cedeao;

l) décide de demeurer saisi de la situation au Mali.

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Après la rencontre sur la loi interprétative du Code électoral: Talon promet d’autres rendez-vous avec la classe politique

LA REDACTION

Réformes sous le Nouveau départ : « Qu’il ait des voix discordantes, c’est l’essence même de la démocratie », selon Alain Orounla

LA REDACTION

Antoine Dayori, nouveau chargé de mission du président de l’Assemblée nationale

LA REDACTION

Leave a Comment

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils