LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Consultation publique à Abomey : Les révélations du Tofâ pour 2022

0 10

L’année 2022 sera une année de paix et de tranquillité. C’est ce qu’a révélé le Tofâ à Abomey, le samedi 11 décembre 2021. La cérémonie de consultation a eu lieu à Houehoundji en présence de Dada Kêfa, roi de Danxomè, des têtes couronnées et prêtres devins représentés par Dah Djissa Houétchénou Togbédji Gbégnon Dègan.
De bonnes perspectives pour la nouvelle année 2022 au Bénin, mais il faudra faire attention sur certains plans. En témoignent les trois grands signes révélés au terme de la consultation du Fâ à Abomey. Il s’agit du “Akando Abla”, signe principal, suivi du “Toula Gbogli” (signe du cauris), et enfin du “Houlin Djogbé” sur le Adji. Ces signes, selon les interprétations des prêtres du Fâ, exhortent les Béninois à “prendre tout au sérieux cette année”, et les dirigeants à plus de sincérité vis-à-vis du peuple. « Il faut que tous ceux qui dirigent notre pays soient attentifs parce qu’il y a un coup qui se prépare », a confié le prêtre du Fâ. A l’en croire, les enfants du pays sont mécontents et se préparent à le manifester. Suivant les interprétations des signes effectués par Dah Djissa Houétchénou Togbédji Gbégnon Dègan, la grande majorité, les enfants du pays pleurent, et à défaut de manifester pour faire savoir ce qu’ils endurent aux gouvernants, ils se cachent dans leurs maisons pour pleurer parce qu’ils se sentent brisés. « Des complots se préparent contre certaines personnes, et seul le pardon peut délivrer le pays du mal ou du drame que réserve l’année 2022 », a-t-il poursuivi. Le gardien de la tradition recommande des sacrifices pour conjurer le mauvais sort. Enfin, les signes du Tofâ recommandent la crainte de Dieu. « Nous devons finir avec les pleurs des populations parce que les larmes qui coulent ne sont pas un bon signe pour la Nation », a révélé Daah Djissa. Les dieux, fait-il savoir, auraient vu des tiraillements entre des frères qui s’affrontent, et qui se détruisent. Et pour éviter le pire, il est demandé aux populations de se donner la main, de pardonner son prochain.

Patrice Zoundé (Stag)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite