LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Constant Agbidinoukoun, journaliste émérite au sujet des rencontres du 8 juin au Palais de La Marina : « Ce n’est pas encore un drame s’il (Boni Yayi) ne faisait pas partie de ces délégations »

0

« C’est une bonne chose que le Président de la République puisse rencontrer de temps à autre, certaines personnalités du pays. Dans une démocratie, c’est ce qu’on souhaite. Et là, ils échangent sur plusieurs problèmes de la Nation, certaines situations, la cherté de la vie ; les élections législatives qui se pointent ; le problème des 10%. Ce problème est sérieux. Beaucoup de partis politiques ne peuvent pas atteindre ce pourcentage-là. Il faut être honnête que certains partis politiques se disaient de la mouvance et qui n’ont pas trop insisté sur le caractère difficile de ce pourcentage se rendent compte aujourd’hui que c’est difficile de l’atteindre. Par exemple, le Prd. C’est sûr qu’ils en ont parlé. C’est sûr qu’ils ont parlé de la cherté de la vie : comment faire en sorte que le panier de la ménagère se porte mieux. Ils ont sûrement parlé de beaucoup de choses. Quand des Autorités de ce niveau se rencontrent et qu’à la fin, il n’y a pas de déclaration à la fin, il faut savoir qu’elles ont parlé de sujets pointus.

Quand vous et moi, même avec notre niveau intellectuel, nous constatons de telles rencontres, nous sommes heureux. Moi, je suis heureux. J’ai toujours proposé au Président Soglo de rencontrer le Chef de l’Etat. Il est son doyen. Il est son prédécesseur. Il connait la gestion d’un pays. Quand nous voyons nos dirigeants se concerter de temps en temps ; on est heureux. C’est la paix, l’harmonie nationale. Cela nous permet de constater qu’au sommet de l’Etat, la recherche de la paix ; de l’entente cordiale ; de l’harmonie ; de la convivialité ; ces choses sont importantes. Et nous en avons besoin. 

Nous devons prier le Seigneur Tout Puissant ; les mânes de nos ancêtres pour que de telles initiatives doivent continuer pour que le dialogue et l’entente cordiale règnent.

Tout récemment, lorsque les responsables de l’Eglise catholique du Bénin à travers l’Aumônerie nationale ont convié les hommes politiques à venir échanger sur les aspects importants de la vie nationale ; moi j’ai applaudi. Rappelez-vous, le Grand Prélat, Monseigneur Isidore de Souza. Il aime ça. Pas plus tard qu’hier, quelqu’un nous a fait revivre quelques déclarations du feu Albert Tévoèdrè qui disait ceci : il faut vivre en harmonie pour développer un pays.   Nous devons être heureux.

L’absence de Boni Yayi

Est-ce que le président Boni Yayi était dans le pays ? Et même s’il était dans le pays, le Président Soglo est allé rencontrer Patrice Talon pour des affaires qui les concernent et qui concernent aussi la Nation. Je ne sais pas s’il devait avoir une concertation à trois. Le Président Boni Yayi avait rencontré le Chef de l’Etat, l’année dernière, certainement qu’il attend comment ses propositions vont être activées. Ce n’est pas encore un drame s’il Boni Yayi ne faisait pas partie de ces délégations. Quand le Président Yayi était au palais la dernière fois, le Président Soglo n’y était pas. Pourquoi il n’y avait pas eu de polémique ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum