LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Clivages nés de la modification de la loi sur la santé sexuelle et de la reproduction : Vlavonou appelle à la réconciliation

0 33

Louis Vlavonou a procédé le mardi 26 octobre 2021, à l’ouverture solennelle des travaux de la deuxième session ordinaire de l’année 2021 de l’Assemblée nationale. Après les honneurs militaires, place était donnée au discours solennel d’ouverture. Dans son adresse à l’endroit du peuple béninois, la deuxième personnalité de l’Etat, a appelé ses collèges à la réconciliation après la nouvelle loi votée sur l’interruption volontaire de grossesse.

La deuxième personnalité de l’État appelle ses collègues députés à une réflexion bien nourrie. En effet, la virulence des débats le 20 octobre 2021 au cours du vote de la loi modifiant et complétant la loi n° 2003-04 du 03 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction « a fait trembler l’hémicycle. Et la bipolarisation qui s’observait a failli mettre à mal son unité », a-t-il précisé. Mais ils ont su puiser dans leur génie créateur et leur expérience pour ramener le consensus après une suspension inspirée afin de respecter l’engagement pris par leurs partis politiques respectifs à accompagner le chef de l’Etat dans ses réformes. Pour le numéro un de l’institution parlementaire, ce n’était pas gagné d’avance au regard de la sensibilisation qui avait eu lieu auparavant sur les réseaux. « Le plus dur était une vidéo dans laquelle un Imam disait que nous irions en enfer si nous votions cette loi … sans oublier la déclaration de l’Association des femmes catholiques qui nous a envoyé ce message : « Le sang de ces âmes innocentes qui seront assassinées criera vengeance.», rappelle-t-il à la plénière. « Face à ces propos, comment respecter la parole donnée ? Sommes-nous en présence de cas de force majeure ? Contrainte morale ? Exercice de la liberté ? Choix entre la légalité et la loyauté ?  Questionne Louis Vlavonou, avant de conclure : « Maintenant, place à la réconciliation. Pour que le désir de réconciliation soit plus fort que tout ce qui en nous la refuse, il faut que la réconciliation soit un gain, non pas en tant qu’elle restaurerait le passé, mais en tant qu’elle le réparerait en lui ouvrant un avenir. Nous sommes limités de toutes parts en nous et autour de nous. Ces limites qui nous font avoir peur des autres et les rejeter peuvent nous faire sombrer dans la haine, le désespoir et les divers replis sécuritaires et solitaires. Voir l’autre comme autre et non comme une extension de nous-mêmes ou comme un ennemi n’est pas spontané. Il faut l’apprendre et le réapprendre sans cesse jusqu’au point où, si nous y arrivons un jour, il ne sera plus éprouvé comme celui qui empêche ma vie. Pour nous réconcilier, il nous faut croire que ce qui nous lie est plus fort que ce qui nous sépare. Ce qui nous lie n’est pas derrière nous, mais en avant de nous. La réconciliation passe donc par le pardon et le dépasse… elle est acceptation des blessures. Elle est un processus, un changement de regard sur l’autre et dans sa propre identité, un passage par une mort… non pas comme une résignation à une condition humaine, mais comme un appel à ne pas s’arrêter. C’est pourquoi, elle n’est pas un moment du temps, mais une façon de vivre ».

Martial Agoli-Agbo (Br Ouémé-Plateau)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite