LE MATINAL
Généralités

Citée dans une affaire d’association de malfaiteurs et de terrorisme : Reckya Madougou cueillie par la Police

Reckya Madougou n’est plus libre de ses mouvements. La candidate recalée des “Démocrates” à la Présidentielle du 11 avril prochain a été interpellée hier, mercredi 3 mars à Porto-Novo, après un meeting du prétendu Collectif de l’opposition par la Police républicaine. Son arrestation fait suite à un mandat d’amener décerné par le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) dans une affaire d’association de malfaiteurs et terrorisme.

Reckya Madougou est arrêtée. La nouvelle telle des rumeurs a fait le tour des réseaux sociaux dans la soirée d’hier mercredi 3 mars 2021. Elle finira par se confirmer lorsque son compagnon de lutte avec qui elle venait d’animer un meeting d’un prétendu Collectif de l’opposition, Joël Aïvo, a laissé un mot sur sa page Facebook aux environs de 19h30. Reckya Madougou venait ainsi d’être arrêtée par la Police républicaine. Pourquoi a-t-elle été arrêtée seule et non avec Moïse Kérékou, Eric Houndété, Yves-Patrick Djivo et Joël Aïvo avec qui elle avait animé le meeting ? De sources concordantes, l’interpellation n’est pas liée à la conférence de presse organisée à Porto-Novo. Elle fait suite plutôt au mandat d’amener décerné par le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). En effet, selon l’avocat de la prévenue, Me Renaud Agbodjo, interrogé par Radio France internationale (Rfi), les motifs de sa cliente sont liés à l’affaire “Association de malfaiteurs et terrorisme”. D’autres sources font également état de ce que l’ancienne ministre de la Justice et de la législation de Yayi Boni, avec des mots à peine couverts, a appelé lors de ses sorties à l’insurrection, à la violence, menaçant que sans elle, l’élection présidentielle n’aurait pas lieu. Pour rappel, la Céna l’avait recalé car son dossier était incomplet. Son comportement surprend donc plus d’uns. Dans ce contexte d’escalade verbale, la Police républicaine a eu vent des informations faisant état de ce que des personnes sont financées pour commettre des actes de vandalisme dans le pays. Dans une démarche pédagogique, les disciples de Soumaïla Yaya les ont convoquées. Après leur sensibilisation, elles ont été mises en liberté malgré qu’elles aient bien reconnu les faits. Mais au lieu que ces interpellations servent de leçon, c’est plutôt à un regain d’actes avec de nouveaux éléments à la portée de la Police républicaine que les flics ont eu droit. Les organisateurs auraient poussé loin le bouchon. Ils auraient recruté des individus, payés dont la mission serait de créer de la terreur et de la violence, perturber la quiétude des populations et compromettre la tenue de l’élection présidentielle. Certains auraient été déjà payés pour la forfaiture. Ils auraient identifié les premières victimes et des guet-apens devaient leur être posés pour les piéger. Derrière ce plan machiavélique dont la finalité était d’attenter à la sécurité de l’Etat à travers ces actes terroristes, il y a un nom qui est revenu avec insistance suite aux interpellations. Il s’agirait de la candidate du parti “Les démocrates” recalée à la Présidentielle du 11 avril 2021, Reckya Madougou. Raison pour laquelle elle a été mise aux arrêts sur demande du procureur pour répondre des actes dont elle est affublée.

LIRE ASSI :  Après le début d'incendie maîtrisé de samedi : Jeco Hotel de Dassa-Zoumé a rouvert ses portes

Le procureur spécial de la Criet face à la presse

L’affaire ne restera pas sans suite. La justice s’est déjà saisie du dossier pour élucider les faits et établir son niveau d’implication dans ces actes dont la gravité est évidente. C’est pourquoi le mandat d’amener a été émis et elle a été arrêtée puis gardée à vue à la Brigade économique et financière. Selon nos informations, le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), sera face à la presse dans la matinée de ce jeudi. Mario Mètonou va se prononcer sur les motifs de l’arrestation. A noter que l’interpellation de l’ancienne ministre de la Justice intervient quelques jours après le placement sous mandat de dépôt du coordonnateur adjoint du parti “Les démocrates”, Bio Dramane Tidjani, le 1er mars, et de son collaborateur Mamandou Tidjani. Les deux sont aussi accusés d’association de malfaiteurs et terrorisme. Avant eux, deux autres responsables du parti “Les démocrates” ont été écoutés puis relâchés par la Criet. Il s’agit de Nourénou Atchadé, premier vice-président, et de Justin Adjovi, secrétaire national à la comptabilité et au patrimoine.

LIRE ASSI :  Ocbn: Les biens de l’entreprise dans le patrimoine de l’Etat

Les peines encourues par la prévenue

Selon nos informations, les faits sus-évoqués qui seraient commandités par la candidate recalée à la Présidentielle sont constitués de terrorisme. A partir de cet instant, c’est la loi sur le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme qui sera appliquée à Reckya Madougou au cas où sa culpabilité était établie. Elle court deux types de sanctions. Selon l’article 119, « Les personnes physiques coupables d’une infraction de financement du terrorisme, sont punies d’une peille d’ ’emprisonnement de dix (10) ans ou moins et d’une amende égale au moins ou quintuple de la valeur des biens ou des fonds sur lesquels ont porté les opérations de financement du terrorisme. La tentative de financement du terrorisme est punie des mêmes peines». L’article 123 pour sa part, « exclus du bénéfice du sursis, toute sanction pénale prononcée pour infraction de financement du terrorisme ne peut être assortie du sursis ».

Inscrivez-vous à notre liste

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour obtenir des trucs et des mises à jour intéressantes dans votre boîte e-mail.

LIRE ASSI :  Développement de l’Agriculture : Recherche de financement pour la promotion de la filière riz au Bénin

Merci de votre inscription.

Quelque chose n’allait pas.

Laisser un commentaire sur facebook

Related posts

Guinée-Bissau: Après la présidentielle, l’imbroglio continue

LA REDACTION

Renforcement des services sanitaires : le gouvernement recrute 1600 agents contractuels de l’Etat

LA REDACTION

Sahel : Peter Pham  nouvel homme des Etats-Unis 

LA REDACTION

Leave a Comment

Comment puis-je vous aider
Bienvenue sur le site du Groupe de Presse le Matinal
Aller à la barre d’outils