LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Cherté de la vie dans le Zou: les émissaires du gouvernement fournissent des informations à la base

0

Les populations de Bohicon et de Zagnanado ont reçu, le samedi 13 mai 2022, à la maison des jeunes de Bohicon, la délégation gouvernementale dans le cadre de la tournée de sensibilisation et d’explication initiée sur la cherté de la vie. Conduite par Alain Fortunet Nouatin, ministre de la Défense, la délégation a eu droit à un accueil chaleureux.

La crise liée à la cherté de la vie a fait sortir les députés, ministres, maires et cadres du département du Zou. La délégation conduite par le ministre de la défense, Alain Fortunet Nouatin a mis  l’accent sur les efforts du Gouvernement et la responsabilité des populations. « La sortie actuelle des missionnaires du chef de l’Etat n’est pas politique. C’est une séance d’informations et de sensibilisation », a précisé le ministre de la défense, à l’entame de la séance. « Oui, les temps sont durs, très durs même », a reconnu son collègue des travaux publics, Hervé Hêhomey.  « Mais le Bénin, n’est pas seul dans cette souffrance. C’est pire ailleurs», a complété le ministre de la défense pour déconstruire les idées erronées que les uns et les autres ont de cette crise. Face au public de Bohicon et de Zangnanado invité à cette  séance, les membres de la délégation ont tour à tour pris la parole pour éclairer   la lanterne des participants sur les réelles causes de   la   cherté. D’après le chef de la délégation appuyé par son collège Hehomey, la situation est due  à trois facteurs à savoir la  pandémie du coronavirus qui a eu des conséquences néfastes sur l’économie mondiale et béninoise, la guerre entre  l’Ukraine et la Russie, deux grands pays producteurs de farine de blé et de produits pétroliers et dont les effets se font encore sentir,  et le terrorisme dans le Sahel.

L’anticipation du gouvernement

Ayant pris très tôt la mesure de la situation, le Gouvernement du Bénin a anticipé en prenant quelques d’atténuation. A en croire les explications du  représentant du ministère du commerce et de l’industrie, de nombreuses subventions et exonérations ont été opérées. Il en donne quelques indications. Selon lui, le  riz importé ordinaire aurait pu être vendu à 21 500, mais grâce à une réduction de la Tva de 80%, il est cédé à 18 000 f CFA sur le marché.  Pareil pour  la farine de blé. Aujourd’hui, le blé local est vendu à 29000 francs au lieu de 34 200 francs. Et ce n’est pas tout. Tenez ! L’Etat a également pensé à l’huile végétale importée et produite localement. La première est vendue à 33 000 au lieu de 38 000. Celle de Fludor est livrée à 30 000 au lieu de 35 000. Ces  mesures d’accompagnement ont également impacté   l’agriculture, l’élevage et  plusieurs autres domaines.

Une incursion dans le Programme d’action phase 2

Benjamin Dako a saisi l’occasion pour faire une incursion dans le contenu de la phase deux du Programme d’actions du Gouvernement (Pag II).  Le  Secrétariat général adjoint du Gouvernement  a   levé un coin de voile sur ce que les Communes de Bohicon et de Zagnanado peuvent attendre du  Pag2. La cantine scolaire, l’emploi des jeunes, l’énergie électrique, le développement des plantations des grandes cultures, les infrastructures routières, le développement de la zone sanitaire, le programme spécial d’insertion des jeunes,  et autres y sont prévus pour le bien-être des populations.  Des efforts sont faits, mais des ennemis de la République font feu de tout bois pour faire échec à ces mesures. Pour alors  éviter d’être complice de cette cherté, la population  est invitée à maintenir la veille citoyenneté.  «Elle doit décourager les commerçants indélicats qui favorisent sciemment la crise en dénonçant la pratique», a recommandé Alain Fortunet Nouatin. Un numéro vert est mis à disposition pour les dénonciations. Il s’agit du 113 gratuit. Les populations arrivées massivement  à ces échanges ont soulevé quelques préoccupations. Entre autres,  la transhumance des peulhs, le chômage des jeunes, la formation, la qualité des intrants vendus aux producteurs agricoles etc.  Des préoccupations qui ont eu des réponses convaincantes de la part des émissaires du Gouvernement.

Zéphirin Toasségnitché (Br Zou-Collines)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum