LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Lutte contre la sortie frauduleuse d’intrants agricoles: des tonnes d’engrais subventionnés saisies

0

(Le ministre Dossouhoui et le Dgpr Yaya font le point et mettent en garde)

Le  ministre de l’Agriculture Gaston Dossouhoui et le directeur général de la police Républicaine, Soumaïla Yaya  ont tenu dans la matinée d’hier lundi 23 mai 2022, un point de presse à Cotonou. L’objectif de cette rencontre avec les hommes des médias est de faire le point essentiel des arraisonnements faits et de mettre en garde contre les sorties des intrants et engrais subventionnés par le gouvernement pour les rendre accessibles aux producteurs et permettre une production agricole performante.

Par communiqué conjoint en date du 5 mai 2022 signé des ministres de l’Agriculture, Gaston Dossouhoui ; de l’Industrie et du commerce, Shadiya Assouman ; de l’Intérieur et de la sécurité publique, Alassane Séidou et de la Décentralisation, Raphaël Akotègnon, le gouvernement  à la suite du Conseil des ministres du 20 avril  2022, a dans l’intention de soutenir la production au titre de la campagne agricole 2022-2023, interdit  la sortie du pays et la revente des engrais et intrants agricoles. Mais cette décision n’a pas émoussé l’ardeur de certains qui ont choisi d’enfreindre à la loi.   A suivre  le  Directeur général de la  Police républicaine, plusieurs tonnes d’engrais ont été interceptés et les contrevenants poursuivis.  Le 8 mai 2022 à Porga, rapporte-t-il, nous avons arraisonné 40 sacs de 50kg d’engrais dans deux  tricycles. Tout le produit est actuellement gardé au commissariat et la procédure est en cours. Lorsque je dis que la procédure est en cours, tous ceux qui sont impliqués, retrouvés sont entendus et les personnes non retrouvées, sont recherchées. Le 16 mai 2022, la douane a intercepté  et mis à la disposition du commissariat de Malanville le 20 mai 2022, 45,950 t d’engrais  Npk transportés par un camion. Les 18 et 20 mai 2022 à Datori, nous avons interpellé deux individus en possession d’insecticide  évaluée à plus de 3 t en provenance du Togo, la procédure est en cours, le stock est entreposé au commissariat. Le 18 mai 2022 à  Ouaké, lors de la fouille  d’un véhicule par la police, nous avons interpellé  un certain  Togola Lassina de nationalité malienne avec 60, 4 t d’engrais  maïs Sodeco, la cargaison est actuellement en direction de Cotonou. Le 19 mai 2022 à Malanville, nous avons également  intercepté 1,250 t  de Npk transporté par un véhicule Mazda à immatriculation Nigéria ne. Une personne est interpellée, la procédure est en cours. Le 20 mai 2022 à Madécaloi, nous avons intercepté 57 sacs de 50kg d’engrais Allewa Npk 20-10-10. Une personne interpellée ; le propriétaire  Kadirou Korochea est activement recherché. Le 21 mai 2022, sur renseignement, notre unité de Djougou  qui se retrouve dans la Donga a intercepté deux camions  immatriculés As 6599 Md/Be 5264 Md et As 8651 Md/ Ar 6194 Md, vous comprenez bien que c’est des immatriculations Malienne avec une quantité d’engrais Sodeco  évaluée à 50 t par camion. Nous avons poursuivi nos recherches et  nous avons retrouvé un 3ème camion  qui contient à peu près la même quantité d’engrais.  A l’heure où je vous parle, les deux premiers camions interceptés  sont déjà à Cotonou  devant la Bef. Le troisième camion est actuellement  dans les Collines et progresse  vers Cotonou. Le 22 mai, je veux dire hier  à Malanville précisément dans la zone de  Bodjékali, il y a un autre camion immatriculé As 7015/  Bs 5046 évalué à 40 t qui a été également intercepté. Les occupants ont été interpellés.

Les avertissements

Pour le ministre Gaston Dossouhoui, c’est l’économie béninoise que quelques vils individus cherchent à saboter. « En l’espace d’un mois seulement, près de 400t  d’engrais sont en instance  de départ. Combien on a pu faire  partir  par des voies déguisées ?  », s’est-il interrogé avant de continuer.  «  Je vous dis avant qu’on ne fixe le prix des engrais, les gens ont commencé déjà par trafiquer  à la faveur de passage de tel  magasin à tel autre et les engrais sont entreposés dans les villes frontières et n’attendent qu’à être sortis.  De toutes les façons, toutes ces choses sont bien suivies par la Police et par les citoyens eux-mêmes ».  Pour ces actes illicites, les contrevenants  subiront la rigueur de la loi. « Tous les agents civils et militaires ne doivent en aucune manière s’impliquer dans ces manœuvres frauduleuses », a averti le directeur général de la Police républicaine, Soumaïla Yaya. « Dans tous les cas, ceux qui ont transporté comme ceux chez qui on a payé, ils savent ce qui les attend. Mais tous les ouvriers de l’ombre de cette sale besogne, civiles ou forces de l’ordre, exposent leurs vies et leurs carrières . Et ce ne serait plus comme avant. Nous allons le faire avec l’énergie qu’il faut et décourager à jamais ces velléités de faux. Dans tous les cas, les camions arraisonnés sont dans le circuit des traitements qu’il faut, et je crois qu’on va le faire pour décourager à jamais ces manœuvres », a ajouté le numéro un de l’agriculture béninoise.

Gaston Dossouhoui expose l’avantage de l’utilisation de ces engrais

« Si nous arrivons à utiliser consciencieusement et correctement ces engrais sur la production, notre pays va gagner en notoriété et en sécurité. Parce que la première sécurité, c’est celle du vendre. Nous saurons non seulement produire, pour couvrir nos besoins domestiques mais nous allons pouvoir placer ces produits sur les marchés. Il vaut mieux aller gagner son fruit à ce moment que de vouloir nous pénaliser pour ne pas pouvoir produire suffisamment et servir le marché très demandeur. Ceux qui s’adonnent à cette activité sont en train de mettre le pays à genou. Car, si nous avons une insuffisance de production, nous aurons des poches de disettes et le ventre affamé n’a point d’oreille. Là où les gens n’ont pas à manger, il n’y a pas autre chose qui tient.   Les conséquences sont fâcheuses », a expliqué le ministre. Pour éviter cet état de choses, la population est invitée à utiliser les numéros verts 113 et 166 pour donner l’information.

Bienvenue Agbassagan

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum