LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Bruno Gbèhinto, directeur général adjoint des affaires sociales sur la scolarisation des enfants : « Le Bénin peut se réjouir des efforts accomplis »

0


Le Bénin peut se réjouir des efforts qui ont été accomplis en quelques années en matière de scolarisation des enfants. En effet, 75 % des enfants sont aujourd’hui scolarisés. C’est ce qu’a déclaré le directeur général adjoint des affaires sociales ce dimanche 20 juin 2021 sur l’émission « 90 minutes pour convaincre » de la radio nationale. A en croire Bruno Gbèhinto, plusieurs actions sont à l’actif de cette performance. « Aujourd’hui, nous avons sérieusement réduit l’écart entre filles et garçons à l’école, ensuite nous avons amélioré le taux de scolarisation au primaire qui était un des problèmes pour passer au secondaire. Le système scolaire est désormais stable depuis quelques années. Cela nous permet aujourd’hui de dire qu’au niveau de l’éducation nationale, en dehors des enfants que nous espérons maintenir à l’école (les milliers qui se trouvent dans des ateliers, les rues), l’enfant qui rentre aujourd’hui dans le système scolaire, a une qualité meilleure d’enseignement, et pour ajouter à tout cela et dans les zones rurales, le programme phare du Bénin, ce sont ces cantines scolaires, qui permettent à chaque enfant d’avoir un repas chaud au moins lui permettant de garder le rythme scolaire », a-t-il expliqué. S’agissant de ce que l’Etat doit faire les années à venir pour dépasser ce taux de scolarisation, il suggère le renforcement de la mise en place du cadre qui consiste à sensibiliser les patrons d’atelier sur le changement de comportement, à construire des écoles, à recruter des enseignants de qualité. « Pour que les enfants aillent à l’école, c’est d’abord continuer ce travail de mise en place du cadre et de plus en plus, parler et convaincre, développer une stratégie de contrôle dans les marchés, les centres de formation etc. pour amener les patrons à ne plus accepter des enfants qui ne devraient pas être à ces places-là ; ces contrôles se font avec les inspecteurs de travail avec les assistants sociaux et la Police républicaine et tant qu’on peut retirer un enfant, cela se fait », a-t-il déclaré. Il n’a pas passé sous silence, les divers accompagnements dont bénéficie l’Etat pour l’atteinte de l’objectif poursuivi. « Il y a aussi des appuis. Notre seul Ministère avec les partenaires distribuent plus de 50 mille kits à chaque rentrée pour aider les enfants et les parents. Nous le faisons avec l’Unicef et le Swedd. Nous le faisons également sur financement du budget national », a confié Bruno Gbèhinto.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite