LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Bernard Lani Davo à propos du mariage Br-Udbn : « En partant, je me disais que l’Udbn n’avait pas d’avenir »

0

Ancien membre de l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn), Bernard Lani Davo opine sur la mise ensemble de l’Udbn et du Bloc républicain (Br). Dans un entretien avec le groupe de presse « Le Matinal » lundi 18 octobre 2021, il salue la mise ensemble des deux partis politiques et explique pourquoi il a pris ses distances vis-à-vis de la formation politique que dirigeait Claudine Prudencio. Lire ses propos.


Le Matinal : Acteur politique très connu et très influent, ancien député, ancien ministre de la République. Qu’est-ce que vous êtes devenu depuis votre départ de la mairie de Cotonou?

Bernard Lani Davo : Après mon départ de la mairie de Cotonou où j’ai travaillé aux côtés du maire Léhady Soglo, je suis devenu comme un observateur en attendant de reprendre incessamment le chemin de la politique.

On vous a vu dans l’entourage de Claudine Prudencio. Mais vous n’avez pas été trop visible jusqu’à ce que le parti ne s’éteigne. D’autres leaders vous ont-ils fait ombrage ou bien c’était une option personnelle ?

Je ne sais pas ce que vous appelez visibilité. J’ai voulu après mon passage à la mairie de Cotonou ne pas militer au sein d’un parti. Mais après cela, j’ai voulu avec les réformes relatives aux partis politiques, tenter une aventure avec l’Udbn de Claudine Prudencio mais cela n’a pas prospéré. Je ne souhaite pas en parler parce que les leaders et acteurs politiques ne sont pas différents des uns des autres. A vouloir trop commenter ces genres d’aventures, on risque de ne pas se retrouver.

Parlant de l’Udbn, une fusion a été formalisée vendredi dernier avec le Br. Est-ce une bonne option selon vous ?

Cela fait pratiquement deux ans avant les élections que j’ai arrêté de participer aux activités au sein de l’Udbn. Depuis lors, je ne sais vraiment pas les conditions dans lesquelles le parti a évolué et comment les élections se sont passées. Si je me lance dans un commentaire, je risque de ne pas dire ce qui n’est pas réel. Seulement, en partant, je me disais que ce parti n’avait pas tellement d’avenir. Si, comme vous me l’apprenez, il y a eu fusion avec un autre parti politique, ce serait une bonne chose pour les militants qui sont restés et qui veulent bien travailler et animer la vie politique dans notre pays.

Voulez-vous dire que vous n’êtes pas au courant de la mise ensemble de votre ancien parti avec le Br ?

Pas du tout ! J’ai lu sur les réseaux sociaux. Mais comme cela ne faisait pas partie de mes préoccupations, cela ne me paraissait pas un événement préoccupant parce que personnellement, je ne savais pas si l’Udbn existait encore. S’il y a des restes qui sont versés dans un autre parti, je ne peux que saluer l’événement.

Une fusion mais sans, apparemment une dissolution proprement dite de l’Udbn. On n’a pas vu dans les conclusions du congrès, une mention portant dissolution du parti. Quelle en est votre lecture ?

Je ne souhaite pas faire des commentaires. Mais je voudrais dire et c’est regrettable pour nous, au Bénin, on ne respecte pas les lois qui sont en vigueur. Sinon, en principe, si je me réfère à la loi portant Charte des partis politiques, je ne vois pas de quoi il s’agit. Soit, les militants de l’Udbn adhèrent au Br ou c’est une formule qu’ils ont choisi, la fusion ou toute action qui tend à fusionner ou à mettre ensemble deux partis politiques ne nécessite pas un congrès ou autre. Je ne me rappelle pas vraiment des dispositions des statuts de l’Udbn pour savoir si dans de pareilles circonstances, il faut un congrès, une fusion ou une dissolution. Si le processus tel qu’il est conduit est conforme à nos lois, il n’y a pas de problème à mon avis. Si les acteurs conviennent de fusionner avec les autres partis, on ne peut que leur souhaiter bon vent.

La fusion est-elle prévue par les textes ?

Je n’ai pas la Charte des partis politiques devant moi. Si la fusion a été faite, c’est que cela est conforme aux textes car ce sont quand même des personnalités qui ont dû se conformer aux dispositions légales. A mon avis, il n’y a pas à s’en faire. Ce qui est important, c’est l’avenir des militants de l’Udbn au sein du Br. Nous allons voir aux prochaines élections, si ce sont les militants de l’Udbn qui aux prochaines élections, vont contribuer au succès du nouveau parti ou ces derniers vont disparaître. Encore que chez nous au Bénin, on ne peut se dire qu’en fusionnant avec un autre parti, tous les militants de l’Udbn vont rejoindre le nouveau parti. Les militants sont libres. La Constitution béninoise consacre la libre association. La fusion ne signifie donc pas que tous les militants, électeurs ou sympathisants doivent nécessairement se retrouver au sein du Br.

Propos recueillis par Angèle Toboula

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum