LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Alimatou Badarou, présidente de l’Ofr, sur l’an 1 de Talon II :  « La dynamique du développement se poursuit »

0

La présidente de l’Organisation des femmes républicaines (Ofr) apprécie à sa juste valeur la première année de gouvernance du second quinquennat du chef de l’Etat, Patrice Talon. Selon Alimatou Badarou, « la dynamique du développement se poursuit au Bénin sur tous les plans et dans tous les secteurs de la vie sociale, économique et politique » depuis le 23 mai 2021. L’ancienne directrice générale du Conseil national des chargeurs du Bénin (Cncb) exhorte les Béninois au travail pour accompagner le gouvernement et révéler davantage le pays au monde. Ci-dessous, ses propos.

Le Matinal : 23 mai 2022, cela fait un an que le président Patrice Talon a été investi pour son second mandat à la tête du pays. Quel bilan pouvez-vous faire en un an de gouvernance ?

Alimatou Badarou : Nous pouvons noter que la dynamique du développement se poursuit au Bénin sur tous les plans et dans tous les secteurs de la vie sociale, économique et politique. Le Bénin à l’ère des grandes réformes fait face aux conséquences sanitaires de la Covid-19. Le Bénin fait partie des pays qui ont bien anticipé et ont mis en place des moyens nécessaires pour mieux faire face à cette crise. Le taux d’inflation en est une preuve.

Lors de son investiture, le président Talon a promis de faire du second quinquennat, un mandat hautement social ? Avez-vous l’impression que cette ambition se concrétise déjà ? Si oui, quels sont les signes ?

D’importantes subventions octroyées aux Pme de tous les secteurs ont permis de gérer la crise sanitaire du Covid-19. Les mesures sociales engagées depuis le 1er mandat se poursuivent avec le projet Arch qui est à la phase de généralisation. A travers l’Arch, nos femmes peuvent désormais se faire former et se financer à un montant plus élevé en matière de microcrédit Alafia. Le Fnda, les diverses subventions sur le plan agricole permettent d’encourager d’autres filières et d’augmenter la production agricole. Les paysans sont payés à bonne date pendant les campagnes agricoles. Les prix en matière de l’énergie sont maintenus à la baisse. La couverture d’eau se poursuit dans nos contrées. Plusieurs réformes sont entreprises dans la chaîne des valeurs agricoles pour faciliter la tâche à nos paysans et nos femmes. L’assainissement public se poursuit également et permet à l’Etat de rationaliser ses charges. Les plateaux techniques de nos hôpitaux continuent d’être renforcés. Le gouvernement veille au détail dans tous les domaines.

Comment appréciez-vous la gestion de la cherté de la vie par le gouvernement ? A-t-elle eu un impact véritable sur le vécu des populations ?

Le gouvernement est vraiment en alerte sur la situation de la cherté de la vie face à l’insécurité dans le Sahel et la guerre en Europe. D’énormes subventions sont allouées aux hydrocarbures et aux produits de première nécessité. Diverses mesures d’accompagnement sont prises afin de maintenir le coût des denrées alimentaires sur le marché et d’éviter aussi la rareté. Oui, la population est sensible à toutes les démarches du gouvernement. Elle a été sensibilisée à travers des tournées de sensibilisation pour accompagner aussi les efforts du gouvernement afin de lutter contre la spéculation et la sortie frauduleuses de nos matières premières.

Avec la persistance du Covid-19 et la crise russo-ukrainienne, pensez-vous que le gouvernement pourra atteindre les défis qu’il s’est assigné dans le Pag 2?

Il faut reconnaître que le Covid-19 nous a ébranlés mais au rythme du monde, la vie suit son cours au Bénin. La guerre en Ukraine aussi n’est pas sans conséquences sur le coût de la vie au Bénin. Evidemment, il faut un budget pour faire face à ces 2 crises et permettre à notre économie de tourner normalement.

Evidemment, le Pag 2 étant hautement social, je pense que le gouvernement mettra le génie et la capacité managériale qu’il faut afin de nous permettre de maintenir le cap. Il sera question pour le peuple béninois d’accompagner aussi le gouvernement à travers le changement de comportement en matière de production. Il nous faudra travailler davantage plus qu’avant et produire suffisamment pour accroître la richesse quand on sait que nous avons une économie qui n’a pas de ressources minières et que notre budget est fiscal.

Le développement du Bénin étant notre affaire à tous, mettons-nous au travail, pour accompagner le gouvernement dans ces différents projets de développement. Le meilleur reste à venir.

Un mot pour conclure cet entretien

Je salue toutes les initiatives prises par le gouvernement pour nous permettre de gérer la crise. J’invite le peuple béninois à davantage de patriotisme afin qu’ensemble, nous tirions de grands enseignements de la crise, pour anticiper pour un lendemain meilleur. Nous devons innover, travailler plus qu’avant et réaliser de grandes performances en matière agricole. Nous devons prendre plus conscience de nos atouts en matière de développement et nous révéler davantage au monde sous le leadership de Son Excellence le Président Patrice Talon.

Propos recueillis par Serge Adanlao

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite

buy windows 11 pro test ediyorum