LE MATINAL
Le Matinal est l’un des premiers quotidiens privés nés quelques années après la conférence nationale. Le matinal existe depuis 1997 et est aujourd’hui tiré à plus de 5000 exemplaires, LE MATINAL est aujourd’hui le quotidien plus influent au Bénin.

Alain Orounla sur la libération de la bande côtière de Fidjrossè plage: «le gouvernement n’a pas agi de manière impulsive »

0


Appréciant l’opération de déguerpissement de la bande côtière de Fidjrossè qui démarre le vendredi 14 mai 2021, à l’occasion du point de presse du Conseil des ministres de ce mercredi, le ministre de la Communication et de la poste a fait savoir que le gouvernement n’a pas agi de manière impulsive. Alain Orounla estime que l’Exécutif a bien pensé les choses. Il a été prévoyant et fait juste ce qu’il faut pour que les Béninois se sentent bien dans un environnement attractif et durable. « On ne saurait donc parler de libération sauvage. Le gouvernement a pris le soin de préparer les uns et les autres à un retour à la légalité, à la libération de l’espace public. Toutes les précautions ont été prises », a déclaré le ministre Orounla. Il a expliqué que les couleurs avaient été déjà annoncées en 2016. Le peuple béninois savait depuis cinq ans donc que l’occupation anarchique du domaine public doit être bannie. Le porte-parole du gouvernement informe qu’il y a eu suffisamment de sensibilisation, de mise en demeure et d’actions pour qu’on n’ait plus à déplorer, après l’exécution des premières phases à Cotonou, une telle occupation anarchique de la bande côtière. S’agissant spécifiquement de Fidjrossè plage, le gouvernement a prévu des projets d’embellissement et de protection de la côte, à savoir l’implantation de réceptifs hôteliers, de centres de loisirs et de cités balnéaires. A cet effet, a rappelé le ministre, les autorités ont prévenu, sensibilisé, averti et mis en demeure cependant que certains Béninois ont continué dans leur entêtement à occuper et même à construire sur le domaine public maritime. Il a par ailleurs mis un accent particulier sur les dispositions prises par le gouvernement pour permettre aux enfants d’aller aux examens, pour permettre également au noyau autochtone de pêcheurs qui peuple la côte de trouver une solution de relogement. De même, a-t-il ajouté, un certain nombre d’attractions touristiques ou culinaires qui remplissent les conditions sont laissées sur place afin qu’il n’y ait pas de démolitions inutiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez refuser si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite